côte ouest australie

Perth-Exmouth-Perth: ou l’aventure australienne version 3 étoiles et demi (deuxième partie).

Tour Perth-Exmouth-Perth : 2ème partie

Exmouth

Arrivés à Exmouth après ces premiers jours de trajet, nous avons plusieurs options : sortie avec le guide pour dorer au bord de l’eau, ou, faire une sortie en bateau pour aller voir les requins baleines. Ces poissons sont inoffensifs pour l’homme, car ils se nourrissent de planctons. Mais ils peuvent atteindre plusieurs mètres de longs. Une expérience fabuleuse d’après ceux qui ont eu le courage de les suivre dans l’eau. Mais moi, j’étais trop peureuse pour aller admirer ces énormes poissons, j’ai donc opté pour la ballade en bus.

Nous nous sommes d’abord arrêtés à un phare situé un peu en hauteur, situé à côté d’antennes de communications américaines.

antenne americiane australie

antenne américaine australie

La ville fût d’ailleurs construite pour tenir le rôle de base de ravitaillement pour les militaires. Puis nous nous sommes dirigés vers la Turquoise Bay. Une plage sympa où j’ai pu refaire du snorkeling.

Si on a pu voir quelques beaux spécimens de poissons, je n’ai pas, à l’inverse de mes amis australiens, vu de Sting Raie, ces raies à la queue très longue qui peut… vous transpercer avec. D’ailleurs, ça leur a foutu la frousse et ils ne sont pas restés très longtemps dans l’eau. Après une autre plage, nous revenons au camping pour passer notre dernière soirée avec certaines personnes du groupe. En effet, il y avait l’option 5 jours ou 7 jours de voyage.

côte ouest australie

côte ouest australie

Retour sur Perth

Après une seconde nuit au camping d’Exmouth, nous reprenons la route de Perth, avec pour principale attraction, un arrêt à un lookout, un point de vue sur toute la région et où un tas d’objets totalement insolite nous attends : des nains de jardin, et autres objets laissés par les divers voyageurs.

point de vue côte ouest australie

point de vue ouest australie

Certains ont des messages assez surprenant ou même touchant.

Nous passerons la nuit dans une ferme, la North Brook Farm. Un fermier c’est recyclé pour pouvoir survivre et accueille les touristes dans des chambres assez confortables. Et le repas super bon. Puis, après le flambage de chamalow au coin du feu, il faut reprendre des forces avant d’affronter les dernières centaines de kilomètres qui nous séparent de Perth.

Notre dernier jour, ne sera pas sans rebondissements. Nous partons déjà avec du retard car la pression du bus ne fonctionne pas. Ça ne vous parle pas ? Moi non plus. Je sais juste qu’on s’est retrouvé avec une cabine totalement retournée.

Découverte d’un nouveau pays

Puis nous arrivons à la Hutt River Principality. Comprendre la Principauté de la Hutt River. Oui, vous avez bien lu. Une principauté. Il y a bien un État indépendant de l’Australie sur le continent australien. Mais si vous n’en avez jamais entendu parler, c’est parce que cet État n’est pas reconnu officiellement par l’état Français, ni par le gouvernement australien d’ailleurs.

autre pays australie

Ils ne s’occupent ni du système bancaire ni d’éducation (contrairement à ce que dit Wikipédia, sauf si j’ai mal compris ce que le fils du prince nous a dit). Elle a été fondée en 1970, suite à des problèmes de quotas agricoles instaurés par l’état de Western Australia. Ça aurait pu être une visite des plus intéressantes, si on n’était pas arrivé au mauvais moment. Oui, notre chauffeur n’avait pas été mis au courant que la famille avait appelé la compagnie pour annuler la visite, en raison de l’hospitalisation du prince et de la princesse. Un de leurs fils a quand même accepté de nous faire faire le tour du propriétaire avec un petit historique de la principauté.

autre pays australie

autre pays australie

J’étais juste en face de la belle-fille lorsque son mari lui a appris que la princesse était décédée quelques minutes plus tôt à l’hôpital de Perth.  Alors difficile d’apprécier à sa juste valeur l’ambiance et l’histoire des lieux. Malgré cela, ils ont la générosité de nous délivrer des visas gratuitement (normalement au prix de 5 $). Nous pouvons même faire quelques achats dans la boutique de souvenirs. Une gentillesse à toute épreuve. Le groupe repartira le cœur serré et dans un silence que seule la voix de notre cher guide troublera. Vous pourrez trouver toutes les informations dont vous avez besoin sur leur site officiel. C’est en anglais.

Des animaux, des animaux et encore des animaux

La visite suivante est néanmoins plus agréable. Nous nous arrêtons dans le Greenough Wildlife Park. Un sanctuaire pour animaux blessés.

sanctuaire australie

Nous retrouvons ici kangourous pythons et crocodiles et autres animaux locaux, blessés par les voitures, abandonnés par leurs parents.

L’occasion pour moi d’essayer de battre une peur viscérale : les serpents. C’est le genre de bestiole que je DÉTESTE absolument. Ça me donne la chair de poule quand j’en vois un ou quand j’en entends parler. Alors en toucher un…. Pourtant je l’ai fait. J’ai tenu un python dans les mains. Enfin… la soigneuse tenait la tête dans SES mains.

Une épreuve qui m’a permis de changer (un peu) de sentiments envers cet animal invertébré. J’ai un peu plus de respect pour eux, étant donné qu’ils ne sont qu’un tas de muscle. C’est une sensation bizarre que d’avoir un serpent dans les mains, mais de sentir tous ses muscles en mouvement, ça fait une drôle de sensation et permet de réaliser ce qu’est réellement un serpent. Je vous rassure, ils ne sont toujours pas mes meilleurs amis. Mais de sûr, je ne les regarderai plus de la même façon désormais.

Et c’est ainsi que nous finissons cette semaine pleine d’émotions, de splendeurs et d’amitiés.

De retour à Perth, je passe une dernière journée en ville avant de reprendre l’avion pour Adélaïde afin de faire un autre tour organisé. Le retour fût quelque peu chaotique : l’avion était en retard, et quand je suis arrivé à Adelaïde, la navette n’était plus en fonction. Et pour couronner le tout, je n’avais pas l’adresse de l’auberge avec moi et le taxi ne connaissait pas. Heureusement qu’il y a des gens qui connaissent leur métier et n’ont pas besoin d’un GPS pour connaitre leur ville (bon, eux ils ont peut-être aussi un peu plus de bouteille et pas des boulets comme clients). Une courte nuit me sépare du départ pour le Mont Uluru. Un dernier « Have to do » sur ma liste. L’impatience grandit à chaque minute. Mais pour l’histoire de cette découverte, je vous donne rendez-vous dans un prochain article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.