shark bay côte ouest australie

Perth-Exmouth-Perth : ou l’aventure australienne version 3 étoiles et demi… (Première partie)

J’ai eu de la chance. La première fois que j’avais regardée pour réserver ce tour sur internet (voir sur le site Adventure Tour), il n’y avait plus de places disponibles. Le lendemain même, une place s’était libérée. J’avais donc sauté sur l’occasion. Me voici un beau matin dans les rues de Perth, mon sac à dos sur… le dos, à 6h00 du matin à essayer de trouver le point de rendez-vous avec le bus de la compagnie. Un bus ? En fait, c’est plutôt la benne d’un camion que l’on aurait aménagé en bus. En bus grand luxe d’ailleurs. Sièges confortables, avec ceinture de sécurité, vitres teintées avec rideaux. En même temps, quand on sait que l’on va passer une semaine dans ce bus, à faire plus de 2500 km aller-retour…

Pourtant, j’ai bien faillis ne pas partir. Comme j’ai réservé le tour le samedi matin et que le départ était prévu pour lundi matin, je n’apparaissais pas sur le manifeste des passagers. Normal, la mise à jour ne se fait pas pendant le week-end… Il a fallu que l’un des guides (car il y avait plusieurs tours au point de rendez-vous) aille au bureau pour me retrouver. Ouf ! Un peu plus et je manquais un super tour !

Un beau matin du mois de juin, nous voilà partis, notre guide moi et 24 autres personnes sur les routes de la côte ouest de l’Australie.

S’il y a une chose que je retiens de ce voyage, c’est que c’est quelque chose à NE PAS RATER. Elle est beaucoup moins connue que sa consœur la côte est, mais elle vaut pourtant le détour autant qu’elle.

Le trajet entre Perth et Exmouth est de 1267 kilomètres (merci googlemap). Autant dire qu’on en a passé des heures dans notre super bus. Heureusement qu’il était confortable !

Notre premier arrêt de la journée c’est le Pinnacles Desert  dans le Nambung National Park. Un désert jaune moutarde où se sont formés des milliers de pics de pierre. On se croirait réellement sur une autre planète, même si certains ont une forme quelque peu… suggestive… Ce désert s’étend sur environ 300 hectares, et n’a été redécouvert qu’en 1960, lorsqu’un avion du faire un atterrissage forcé dans la région.

Pinnacles   IMGP8039IMGP8040  

Puis, nous nous arrêtons sur une plage un peu particulière (dont je ne connais pas le nom… sorry) : nous avons fait sur un pan de dune du Sandboarding. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est du surf sur le sable.

IMGP8065   IMGP8068

Un moment super marrant qui permet de détendre et de faire connaissance avec les passagers. Tout comme le pique-nique au bord de la plage préparé par notre guide et deux des passagers. Un régal ! Si j’ai un avertissement à donner sur ce genre de repas en voyage : on ne ressort pas avec la faim ! Y en a même trop ! Je rencontre d’ailleurs un jeune coupe…d’Australien ! Et oui, ce n’est pas parce qu’on vit dans le pays que l’on y connait tout ! Ils viennent de Melbourne : il est étudiant pour devenir pasteur, elle travaille dans un centre de rééducation et aide les nouveaux handicapés moteurs à reconstruire leur vie dans le côté pratique (trouver du travail, vers quels organismes se tourner etc…). Des gens super sympas et avec qui je me suis très bien entendu.

Le soir nous logeons au YHA de Kalbarri, où nous prenons le repas encore préparé par le guide et deux nouveaux participants. C’est la règle quand on voyage en groupe mais en façon « routard » : chacun participe à tour de rôle aux tâches des repas. Non pas que le bus contienne un frigo, mais les aliments non périssables, et pour tout ce qui est fruits et légumes, ce n’est que du frais, acheté au fur et à mesure du voyage. Mmmmmmm….

Pour le deuxième jour de voyage, c’est une journée chargée. Beaucoup de route bien évidemment (il faut bien avancer…). Nous commençons par aller dans le parc de Kalbarri normalement fermé à la circulation car en travaux, à l’exception des bus des tours organisés… quelle chance ! Nous faisons une petite randonnée dans les Murchison Gorges pour descendre jusqu’à la rivière. Une belle ballade très agréable en début de matinée. Certains du groupe s’arrêtent au Z bend pour faire de la descente en rappel. Pourquoi je ne l’ai pas fait ? Je n’étais pas intéressé. Les grandes sensations, ce n’est pas spécialement ma tasse de thé. J’aurai dû essayer ? Peut-être, peut-être pas. Un jour, maybe…

kalbari   IMGP8092    IMGP8094

IMGP8107   IMGP8111

Puis nous prenons la direction de la Shark Bay, avec un arrêt au Shell block Quary, un endroit mystérieux et calme, où l’on peut observer la forme de vie la plus ancienne sur terre : les stromatholytes, des organismes qui sont à l’origine de l’apparition de l’oxygène sur notre planète. Ils sont toujours là, et produisent toujours de l’oxygène, et un petit ponton nous permet de les observer et des panneaux explicatifs nous apprennent plein de choses sur eux. L’endroit est beau mais surtout, hyper calme. Nous avons même observé une minute de silence, de VRAI silence. Magique ! Et après encore quelques heures de route, nous profitons d’un barbecue organisé cette fois par l’auberge de Monkey mia. Puis, avec mes nouveaux amis et quelques autres, nous profitons également… du bar… à faible dose je vous rassure, mais ce fût un moment très convivial où d’illustres inconnus décident de passer la meilleure des soirées.

shell block query   IMGP8120   IMGP8124

Nous passons donc la nuit à Monkey Mia, dans la Shark Bay. Il faut savoir qu’il n’y a pas grand-chose à cet endroit. Par contre, ce qu’il faut savoir aussi c’est que la région a été vidée de tout animal non originaire : moutons, chèvres et autres lapins ont été chassés (comprendre, déplacés) afin de reproduire un habitat naturel sans intrus aux animaux endémiques de l’Australie. Une bonne idée non ?

shark bay   IMGP8147 IMGP8156 IMGP8168

Le mercredi matin, nous nous levons tôt pour assister à la principale attraction du coin : les dauphins. Je sais que le nom de la bay (Shark, ça signifie requin en français) prête à confusion, mais à moins de faire un tour en bateau pour faire de la plongée ou du snorkeling (masque et tuba), on vient ici pour voir les dauphins, les Monkey Mia daulphins, une espèce particulière de dauphins. Et pour voir les soigneurs du parc leur donner un peu à manger. Ils ne les nourrissent pas, justes quelques poissons, mais les dauphins viennent tous les matins, quand ils en ont envie. Mais comme on ne sait jamais quand (ou si) ils vont venir, on a le temps d’observer l’océan. Et on peut ainsi admirer les tortues qui viennent voir si elles ont droit elles aussi à un peu de nourriture.

IMGP8197   IMGP8201

IMGP8203

Puis les dauphins arrivent enfin pour un premier spectacle. On nous explique que le premier que l’on voit est une femelle, que celui d’après c’est sa fille et que celui d’après, c’est la petite fille. Une réunion de famille !!! Super !!! Les soigneurs les font approcher de la plage, et font reculer les badauds. Puis, ils en choisissent deux pour les faire approcher et donner les poissons aux dauphins. Je n’ai malheureusement pas été parmi les chanceux. Nous repartons ensuite et faisons une halte à la Shell beach.

IMGP8234    IMGP8230

Une plage de plus de 100 km recouverte entièrement de coquillage. Bah oui, shell = coquillage en français… Oui je sais, les australiens ne sont pas très inventifs au niveau des noms… Dans cette bay, l’eau est particulièrement salée, c’est pour cette raison que l’on ne trouve quasiment pas d’êtres vivants, hormis les coquillages qui viennent y mourir, d’où ses milliards de coquilles vides d’un blanc contrasté au bleu du ciel ou de l’eau. L’eau quelque peu fffffrrrroide. Mais je n’ai pas été la seule à braver les températures légères et à profiter du moment et du lieu. Et après un dernier arrêt au signe annonçant l’entrée de la Shark Bay, nous voilà repartis en direction de Coral Bay. De looooooooooongues heures de bus nous attendent.

coral bay

A Coral Bay, vous pouvez faire plusieurs activités (parce qu’il n’y a rien d’autre à faire) : bronzer sur la plage, ou bien, faire une sortie en bateau pour : observer les tortues, voir les requins baleine ou les raies Manta. Vous me connaissez, courageuse… mais pas téméraire, j’ai choisi l’option tortue. Un bateau à fond vitré, une guide qui connait son métier, deux séances de snorkeling (mais pas de requins/raies ou tortues en vue et nous faisons une sortie en mer des plus merveilleuses. Lors de nos sorties snorkeling, nous avons pu voir des poissons de toutes les couleurs, plus magnifiques les uns que les autres. Des couleurs parfois difficiles à imaginer pour des poissons, et pourtant. C’est là que j’ai commencé à regretter de ne pas avoir de caméra étanche. Ce fut ainsi le moyen de vérifier si j’étais capable de faire du snorkeling en haute mer. Car oui, quand j’étais partie tenter de nager avec les dauphins en Nouvelle-Zélande, j’avais quelque peu « paniqué » lorsqu’il avait fallu aller rapidement dans l’eau en pleine mer. Et je m’étais dit que finalement cette activité n’était peut-être pas faite pour moi et que même si j’adore l’eau, je devais oublier le snorkeling. Et bien non !!! Je n’ai pas besoin de me priver de cette activité-là ! Si je n’étais pas très à l’aise au départ, je me suis finalement laissée envahir par la sérénité des grandes profondeurs…. Jean Réno, sors de mon corps !!! Puis, nous avons observé de magnifiques tortues dont certaines faisaient probablement plus d’un mètre de diamètre. Magique ! Et les coraux sont eux aussi superbes dans le coin !

IMGP8259 IMGP8273

Quand je vous disais que la barrière valait celle de la côte Est !! Et après toutes ces émotions, nous nous dirigeons vers Exmouth, notre dernière destination avant de revenir sur Perth. Mais comme cet article commence à être un peu long, je vais m’arrêter là et vous faire souffler un peu. Je me dépêche pour publier la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.