funchal

Funchal, Madère : ou le doux retour des voyages à l’étranger

Funchal, Madère, premier voyage à l’étranger depuis janvier 2020 (pour le festival Up Helly Aa). Bon d’accord, ça ne fait pas si longtemps mais avec cette pandémie et tout ce qui se passe depuis 2 ans, j’ai l’impression d’être restée clouée au sol pendant des années.

J’ai donc profité de solder mes congés pour partir une dizaine de jours à Madère. Voici le récit de cette escapade. Accrochez vos ceintures, l’avion va bientôt décoller (après s’être enregistré sur le site Madeira Safe, pour le suivi COVID, tout ça tout ça…).

Funchal, la capitale

Après deux avions et plusieurs heures d’escale, j’arrive à Funchal, la capitale de l’île, en fin de journée. Depuis le hublot, je vois ces maisons perchées sur les bras du rocher que forme l’île de Madère. L’expression « une moule accrochée à son rocher » me percute violemment le cerveau.

La piste d’atterrissage/décollage est une piste construite sur pilotis. C’est impressionnant. Nous n’avons pas encore touché le sol que j’ai déjà le vertige. Ce soir-là, la chaleur est étouffante. Nous sommes pourtant en décembre.

funchal

 

Funchal vue depuis le Pico Dos Barcelos

J’avais prévu de prendre le bus pour aller en centre-ville et rejoindre l’auberge de jeunesse où j’ai une réservation. J’ai de la chance, il y a un bus presque toutes les heures, sauf entre 16h30 et 18h30, je suis sortie de l’aéroport à 16h45.

Je prends donc un taxi pour aller en ville (cela m’a coûté une vingtaine d’euro). Cette impression de vertige ne me quitte pas. La fatigue du voyage sans doute. Une fois installée dans mon dortoir, je ressors pour m’acheter de quoi manger. J’ai de la chance, le supermarché du coin est encore ouvert (nous sommes un dimanche). J’en profite pour faire connaissance avec cette nouvelle ville. Les ruelles étroites sont pavées, quelquefois goudronnées. Il y a du monde. Les murs me donnent l’impression d’avoir atterri au Mexique, même si je n’ai jamais mis les pieds au Mexique. Cette ambiance arrive néanmoins à me calmer.

Prendre de la hauteur au soleil

Il me faudra une bonne nuit de sommeil pour reprendre mes esprits. Mes premiers pas n’ont pas de but précis à ce stade. Je m’arrête devant l’église du coin, la Igreja de Sao Pedro. Fermée, je continue mon chemin.

église funchal

J’arpente les rues au hasard, c’est comme ça que l’on découvre des pépites parfois. Pas cette fois. J’entame une montée assez raide qui mène semble-t-il au Fortaleza do Pico, un fort joli à voir de loin, mais que l’on ne peut pas visiter.

funchal

funchal

que voir à funchal

que faire à funchal

C’est décidément trop raide pour moi. Surtout après le petit déjeuner que je viens de prendre, un Bola de Berlim, une sorte de beignet fourré à la crème pâtissière (le truc super léger quoi). La vue est pourtant magnifique.

Retour au sud

En bonne feignasse que je suis, je redescends vers le port en passant devant le Jardim Municipal, un petit jardin tout mignon qui pour le moment est plein de bâches et de panneaux de travaux. Ce jardin date du 19ème siècle et accueille deux fois par mois des marchés. Le jour de mon départ, les panneaux ont disparus, les bâches aussi, et ont laissé place à des décorations de Noël magiques.

jardim municipio funchal

jardim municipio funchal

jardim municipio funchal

Mais je concentre mon intérêt sur un autre jardin, un peu plus grand, le Parque Santa Catarina, qui surplombe la baie de Funchal. On y trouve un petit étang, des jeux pour enfants, et une petite chapelle. C’est un endroit où il fait bon s’arrêter pour reprendre des forces.

jardin funchal

jardin funchal

jardin funchal

Je poursuis ma balade vers l’ouest de la ville. Je passe entre les magasins et les hôtels de luxe et me surprends à souhaiter pouvoir un jour m’offrir une chambre dans ces établissements. Un jour peut-être… J’avance jusqu’à apercevoir une petite tour sur le front de mer. J’ai dépassé mon objectif qui était le Forte de Nossa Senhora Da Conceçao, un fort pris au milieu d’une jetée pour paquebots et une construction nouvelle qui le juxtapose.

fort funchal

Photo toute pourrie car c’est un agrandissement d’une partie d’une autre photo….

Le front de mer

Je reviens vers le centre en passant par la jetée, la Praça do Mar, la marina. J’en profite pour réserver un tour sur un voilier pour le lendemain pour aller observer les baleines. Il parait que c’est l’un des « must do » de l’île. De tout en bas, au niveau de la mer, on se sent tout petit, presque comme écrasé. Ici, rien n’est plat. J’avais l’impression que toutes les maisons accrochées aux bras rocheux étaient sur le point de lâcher prise et glisser jusqu’à l’océan.

Je passe devant le Palacio Sao Lourenço, un palais construit au 18ème siècle en ajout à une forteresse du 16ème siècle. Les lieux servent encore aujourd’hui comme résidence du représentant officiel du Portugal, d’où la présence de gardes armés aux points d’entrée. On ne peut visiter ces lieux d’ailleurs qu’en visite guidée et à des horaires très précis (aka, pas tout le temps). Je n’ai pas eu le courage de chercher à savoir le comment du où du quand.

palais funchal

palais funchal

palais funchal

Le téléphérique et le jardin botanique

Prise d’un élan de courage, je suis allée jusqu’au Teleférico menant au Jardim Botanico. Depuis Funchal, il faut prendre 2 téléphériques pour arriver aux jardins (il y en a plusieurs aux pieds des téléphériques; sinon y a un bus, mais c’est moins drôle. Quoique…). Le premier monte jusqu’au quartier de Monte. Le second part de Monte et arrive aux jardins. Il en coute une vingtaine d’euro pour tout ce trajet, entrée du jardin botanique inclue.

C’est là que je dois vous avertir : personnes sujettes au vertige, s’abstenir. Le téléphérique passe au-dessus de la ville, de l’autoroute, de crevasses, bref, il y a de quoi se rendre malade. C’est beau, mais il faut avoir le cœur bien accroché. Mais le jeu en vaut la chandelle.

téléphérique funchal

téléphérique funchal

téléphérique funchal

téléphérique funchal

téléphérique funchal

téléphérique funchal

Le jardin est très beau. Les chemins sillonnent les parterres de plantes endémiques et autres beautés. C’est ici d’ailleurs, que le film « Sissi face à son destin » avec Romy Schneider avait été tourné. On comprend pourquoi. Comme tout à Madère, le jardin est en pente. Pensez donc quand vous descendez, qu’il faudra remonter pour sortir.

jardin funchal

jardin funchal

jardin funchal

jardin funchal

jardin funchal

jardin funchal

En redescendant, j’avance jusqu’au Forte de Sao Tiago, énorme édifice jaune construit au bord de la mer au début du 17ème siècle avec pour but de protéger le port de Funchal. Agrandit au 18ème siècle, il abrite aujourd’hui un restaurant.

que voir à funchal

que voir à funchal

Pour revenir dans le centre, je longe la Rua Da Santa Maria, une rue où les portes sont de véritables œuvres d’art et une ode au street art.

street art funchal

street art funchal

street art funchal

Au deuxième jour, tu ne sortiras pas en mer

Pour mon deuxième jour à Funchal, j’avais donc réservé une place sur un catamaran pour aller observer les baleines et les dauphins au large de l’île. Mais c’était sans compter le temps capricieux. Il a plu toute la nuit, il ne fait pas encore très beau, mais surtout, il y a énormément de vent. Une heure avant le départ, alors que je prenais mon petit déjeuner dans une galerie marchande, je reçois un appel pour me dire que la sortie est annulée et que je n’ai qu’à venir au bureau de la compagnie pour récupérer mon argent. Au moins, ils sont honnêtes. A toutes fins utiles, j’avais choisi la compagnie Sea Born.

Frustrée, j’étais.

Pour éviter de faire le tour des pâtisseries et restaurants pour compenser, j’ai choisi de me rabattre sur le bus rouge SightSeeing qui fait le tour de la ville pour les touristes. Vous savez, le Hop On Hop Off bus, où vous montez et descendez où et quand vous voulez ! C’est marrant d’ailleurs d’être dans un bus qui monte sur les bras tentaculaires de Funchal : on a tendance à vouloir faire comme sur les mobylettes de notre adolescence : se mettre à l’avant du véhicule pour l’aider à monter plus rapidement (et surtout éviter de caler et repartir en arrière). Attention, il y a deux itinéraires possibles, l’un d’entre eux allant jusqu’à Câmara de Lobos. Et il y a une deuxième compagnie avec le même principe, les Yellow Bus.

Mais c’est grâce au bus rouge que je passe devant le Mercado Dos Lavadores, un marché fermier organisé autour d’un patio. Je n’ai malheureusement pas pu en voir d’avantage car il était déjà fermé le jour où j’ai voulu m’y rendre.

que voir à funchal

que voir à funchal

Je suis ensuite montée au Pico Dos Barcelos, un point de vue bien aménagé avec une terrasse et un petit jardin. La vue sur Funchal y est époustouflante.

panorama funchal

panorama funchal

Sortie de ville

Ce bus me mènera une heure plus tard jusqu’à Câmara de Lobos, une petite ville attenante à Funchal. Elle est célèbre pour son Miradauro au plancher de verre (que je ne ferai pas ce jour-là). On a une vue dégagée sur les cultures en terrasse de bananiers, l’une des principales culture locale avec la canne à sucre, et les ruelles sont agréables à arpenter. Une promenade aménagée au bord de la mer permet de rejoindre Funchal à pied. Une sortie agréable où je goûterai pour la première fois la Poncha, et je découvrirai par la même occasion que Poncha veut dire Punch en portugais…

que faire autour de funchal

que faire autour de funchal

que faire autour de funchal

que faire autour de funchal

Mon retour en ville se fera par la marina, et j’arpenterai les rues de la ville au hasard pour retourner à mon auberge. Le lendemain je prendrais un taxi pour faire 2 kilomètres – qui au passage insultera les autres conducteurs – pour aller louer une voiture et partir à l’aventure.

funchal

sissi

Troisième jour en fin de séjour

Je n’avais prévu que 2 journées dans la capitale. Mais j’y reviendrais quand même pour la dernière journée avant d’aller rendre ma voiture de location et rentrer à la maison. J’en profiterais pour refaire un tour sur la Praça Do Povo, tenter d’aller visiter la cathédrale, la Sé  Do Funchal, qui malheureusement a fermé la veille de mon arrivée sur l’île, remanger un gâteau dans un bon salon de thé (voir plus bas).

que voir à funchal

église madère

église madère

Il faudra aussi que j’attende une heure pour faire un test antigénique demandé en plus du vaccin pour rentrer en France, et une heure de plus pour récupérer les résultats, ce qui me laisse le temps de refaire un tour sur la place Municipio et voler quelques photos de la cours intérieure du Paços do Concelho do Funchal.

La Praça Municipio de nuit

L’hôtel de ville et sa court intérieure

Un petit tour également devant la Praça de Autonomia, où une statue est érigée pour célébrer l’indépendance politique acquise par Madère par rapport au gouvernement de la République Portugaise.

Manger et boire à Funchal

Je me suis arrêtée entre deux téléphériques pour manger un bout. J’ai opté pour le Patio Das Babosas où j’ai goûté pour la première fois le poisson sabre, accompagné d’une purée de pomme de terre, de banane cuite et d’une sauce aux fruits de la passion. Je suis tombé amoureuse de ce plat ! Ainsi que du Bolo do caco, du pain typique de Madère servi tartiné de beurre à l’ail. On put de la gueule après, mais c’est tellement bon !

J’ai testé à deux reprises le salon de thé Loja da Cha. Si la boutique intérieure a l’air petite à première vue, elle possède une grande terrasse sur la place sur laquelle elle est installée. Les thés sont nombreux, je vous conseille de prendre la suggestion du jour. Ils font certains mélanges eux-mêmes et les gâteaux sont bons, et ce ne sont pas de petites portions. En plus, quand on vous apporte l’addition, vous repartez avec un sachet du thé que vous avez commandé.

manger à funchal

Je suis également allée deux fois dans le restaurant O Calhau (la morue, en portugais…). J’y ai pris du poisson sabre, enroulé autour d’une banane, toujours aussi bon. Le personnel est très agréable. A l’intérieur tout est fait pour que vous soyez le plus confortable possible : certaines tables ont des fauteuils…

manger à funchal

Pour prendre un petit déjeuner, ou un gouter, je vous suggère le Food Art Corner, un café où l’art se retrouve jusque sur la crème de votre cappuccino. Des séances de peinture y sont organisées si j’ai bien compris, et la décoration illustre bien l’esprit de la boutique. Le personnel est très sympathique, bref, une bonne adresse.

manger à funchal

manger à funchal

Voilà pour mon tour de Funchal. Comme c’est assez long, je vous réserve le reste de mon séjour pour un autre article. A bientôt pour de nouveaux déboires nouvelles aventures !

4 commentaires sur “Funchal, Madère : ou le doux retour des voyages à l’étranger

  1. Tu vas rire ! Notre resto QG avec ma meilleure amie quand j’étais allée à Madère, c’était O Calhau ! On y était revenu une 2e fois, la serveuse nous avait reconnues comme ma meilleure amie fêtait son anniversaire, on avait eu droit à toute l’équipe qui chantait happy birthday devant la table ! La poncha, les bolos de caco, les beaux jardins, ça me rappelle de beaux souvenirs tout ça !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.