los angeles

Los Angeles: ou la grande ville aux grandes surprises.

Finis les belles plages, la baignade en plein hiver, les bonnes glaces (enfin, ça c’est pas dit !). Il faut revenir sur le continent. Le retour sera (un peu) moins chaotique que l’aller. Après avoir laissé la voiture de location à l’aéroport (et ma nouvelle copine au passage), direction la porte d’embarquement.

La nouvelle du jour, l’avion a été sous-classé (en gros, c’est pas le même avion, celui qu’on doit prendre est plus petit), il n’y a donc pas autant de place que prévu et donc certaines personnes vont devoir prendre le vol suivant. Ils ont demandé en premier si des personnes se portaient volontaires. J’ai bien faillit y aller, mais après tout, pourquoi moi ? Y en a marre d’être gentille et de laisser ma place aux autres, un peu d’égoïsme des fois ça fait du bien. Du coup, je prendrais mon avion en temps et en heure. Six heures de vol et me voici à Los Angeles. Ville tentaculaire qui me fait plus peur qu’autre chose. Et oui, car on y connait Hollywood, les stars et tutti quanti, mais c’est aussi une ville ou la criminalité n’est pas un secret et elle est tellement étendue que sans voiture il est difficile (et surtout très long) de se déplacer. Bref, je ne suis pas des plus rassurée.

Je pensais prendre le bus qui va à Santa Monica, là où se trouvais mon auberge de jeunesse, mais finalement j’ai opté pour le shuttle. Certes un peu plus cher, mais au moins il me laisse au pied de la porte. Quand on ne connait pas les lieux c’est pas toujours évident de se repérer.
Arrivée à l’auberge, je rencontre une autre américaine avec qui je partage un repas dans un des petits restos snaks du coin. Le séjour commence bien. En plus, l’auberge est super class, et à deux pas de la plage et du pier de Santa Monica. Le pied !

Le lendemain, je pars faire la visite de Venice Beach organisée par l’auberge. Notre guide, Jean-Michel est un pur californien (malgré son nom), bronzé, short et tongs… il a réalisé récemment un reportage sur le site couchsurfing (qui entre nous n’est pas une grande réussite pour moi, mais c’est peut être parce que je n’insiste pas assez, ou suis trop difficile). Nous prenons donc le bus jusqu’à Venice (Venise, en anglais).

venice-beach-et-santa-monica-10

venice-beach-et-santa-monica-9

venice-beach-et-santa-monica-8

La plage, les vendeurs ambulants, les artistes en tout genre, les «thérapeutes ». J’explique : sur la promenade de Venice Beach, vous pouvez, pour 30 à 50 $ « consulter » un « médecin » spécialiste en marijuana qui vous diras selon vos symptômes si vous pouvez avoir « l’autorisation » de fumer cette précieuse herbe. Généralement, il ne faut pas plus qu’un bon mal de ventre pour l’obtenir. Une fois la carte obtenue, vous pouvez fumer « légalement » sur la promenade. Car dans l’Etat de Californie, si la Marijuana est légalement illégale, elle est tolérée, car elle fait partie du décor… Puis, on monte même sur la terrasse d’un hôtel ce qui nous permet d’avoir une vue en hauteur sur la promenade et sur une partie du reste de LA. Super ! Puis, on se dirige vers les canaux. Car à la base, Venice a été construite en suivant l’inspiration de Venise en Italie. IL y a donc des canaux, même si la plupart ont été recouvert pour faciliter l’extension de la ville. Cela dit, ceux qui restent offrent une ambiance exceptionnelle et sont bordés par des maisons magnifiques, certaines d’architectes. Pas (ou peu) de bateaux, mais beaucoup de canards et de pélicans.

venice-beach-et-santa-monica-1

venice-beach-et-santa-monica-3

venice-beach-et-santa-monica-2

Une bien belle balade qui nous fait oublier où l’on se trouve. Le midi nous mangeons avec la plupart du groupe dans un super restaurant Thaï, Mao’s Kitchen, grosses quantités, bonne bouffe et pas cher. Mais que demande le peuple ! J’en profite pour discuter avec ma colloc de chambré et un québécois. Un bon moment. Puis, retour à Santa Monica, et après avoir récupéré ma veste (c’est qu’on a beau être en Californie, on se les gèle !), je fais un tour au Pier, et un peu dans la 3rd street promenade, rue commerçante fermée à la circulation. Le soir, je fais la connaissance de deux nouvelles collocs dans la chambre, une française et une espagnole qui sont enseignantes sur la côte Est. Je ne le sais pas encore mais je vais passer de supers moments avec elles.

Mon samedi je le passe à Disneyland. Ce n’était pas prévu dans mon programme, mais mon amie de Salt Lake City m’a proposé de la rejoindre avec sa famille. J’ai donc accepté. C’est vrai, s’il y a un endroit sur terre où aller à Disneyland c’est bien dans son pays d’origine non ? Et je ne regretterai pas. Si les attractions sont plus ou moins les mêmes qu’en France, le site est encore plus féérique. IL y a des parkings à poussettes (ça c’est tout juste excellent), des billets fast pass pour griller toutes les files d’attente. L’ambiance est bien celle de Disney, féérique.

disneyworld-la-4

disneyworld-la-3

disneyworld-la-2

Je passe une excellente journée, et je rentre avec quelques souvenirs (un peu moins chers qu’en France). Je précise que l’entré au parc est d’environ 85 $, et que pour m’y rendre j’ai pris un combiné bus + entrée avec l’agence de tourisme située juste à côté de l’auberge de jeunesse. Car le parc est situé de l’autre côté de LA, par transport en commun il faut compter 3 heures pour y aller avec plusieurs changements de bus. Pas très pratique.

Le lendemain, mes collocs et moi participons à la randonnée organisée par l’auberge (avec une étudiante étrangère bénévole comme guide) dans les montagnes de Santa Monica. La ballade grimpe pas mal, mais si j’ai pu y arriver, vous pouvez certainement le faire aussi. Arrivée au sommet de la colline, très belle vue sur Los Angeles, Santa Monica et les plages. Une bonne ballade ouverte à tous que je recommande, que vous soyez en auberge ou pas, car on y oublie qu’à quelques kilomètres se trouve l’une des plus grande et plus étendue ville au monde.

santa-monica-1

santa-monica-3

santa-monica-2

Après cette bonne ballade, mes nouveaux amis (la française, l’espagnole, mais aussi le québécois et une argentine) et moi, allons faire un tour à Venice Beach.

santa-monica-4

santa-monica-5

Au retour, nous nous arrêtons dans un pub anglais (même qu’on s’y croirait) où j’apprends à jouer aux fléchettes. Chaud devant ! Après une bonne pizza, nous allons dans un autre pub où nous assistons à un concert des Beatles. Enfin, un groupe qui joue (costumé) uniquement du Beatles. Un vrai régal. Mais toutes les bonnes choses ont une fin, et il faut penser à dormir un peu de temps en temps, surtout que le lendemain sera chargé.

Après une courte nuit de sommeil, nous voilà partis pour un tour organisé dans LA. On commence par Santa Monica, puis on ballade entre les maisons dans Beverly Hills plus belles les unes que les autres. Ça en ai presque écœurant. J’aime particulièrement l’expression du guide quand il nous dit « mais où est passé la maison ? il y avait une maison là encore il y a une semaine ! ». Ici, quand les gens bougent, ils bougent aussi les maisons. Et quand elles ne sont pas assez belles, on détruit, et on reconstruit. On s’arrête ensuite à Rodeo Drive, l’une des avenue commerçante les plus chères au monde. On y trouve toutes sortes de boutiques (de luxe bien sûr) et pour certaines, il faut prendre rendez-vous si on veut y venir essayer des articles.

la-tour-2

la-tour-3

Puis, direction Hollywood. Quand on dit Hollywood pour nous, étrangers, on pense de suite au cinéma, aux stars et prestige et au glamour. Et bien si vous croyez comme moi, à tout ça, vous serez bien déçus. Oui, à Hollywood il y a le cinéma, le Walk of Fame, avec les étoiles aux noms de stars aussi bien de cinéma que de la chanson, il y a aussi les empreintes de mains des stars planqué au milieux de buildings.

la-tour-6

la-tour-4  la-tour-5

Mais Hollywood, le boulevard, c’est plus des boutiques en tout genre, pas toujours très avenantes, un boulevard plus cracra que je ne l’aurai imaginé, et finalement, rien de glamour du tout. Donc oui, c’est à voir si on vient à LA, mais franchement, ça n’a rien de transcendant et faire le déplacement juste pour ça (à moins bien sûr que ce ne soit pour les oscars), ça ne vaut pas le coup. Grosse déception donc pour ce plus que mythique lieu cinématographique. Le tour se terminera à un point de vue d’où l’on a une superbe vue sur toute la ville et notamment sur le célébrissime, cultissime panneau « Hollywood » placé en haut de la colline juste en face. Et pour information, cette sortie organisée par l’agence touristique à côté de l’auberge ne coûte pour les gens de l’auberge de jeunesse que 20 (22 et des brouettes avec les taxes). De retour à l’auberge, nous disons au revoir à notre ami Québécois avec un petit pincement au cœur et j’embarque mes nouvelles copines au cinéma pour aller voir le film Lincoln, que je voulais absolument voir avant mon départ des States. Un grand film !

Après cette grande journée, une autre s’enchaine. Nous allons toutes les quatre (on a juste un peu l’impression de se faire un remake de Sex and the City version californienne, et sans le sexe…) aux Warner Bross Studios. Mais si vous connaissez : Daffy duck, Bip Bip et coyotte, les Z’animaniacs et j’en passe… mais bizarrement, il n’y a rien concernant les dessins animés lors de la visite (ils en parlent à peine dans la petite vidéo de présentation). La visite est plus orientée vers les séries télé et les films produits par les studios : Urgence, Mentalist, Batman… Nous avons un bon guide avec qui on rigole. Le premier arrêt sera dans les bureaux du CBI, à savoir les bureaux de Patrick Jane, The Mentalist. Interdiction de prendre des photos. Snif, et l’envie d’aller s’allonger sur son canapé est très dure à réprimer… Puis, un petit tour dans la ville des Gilmore Girls, un arrêt dans le garage des célèbres voitures des studios : Batman, Général Lee de Sherif fais moi peur, Grand Torino, mais aussi la voiture d’Austin Power et celle d’Harry Potter (vous savez, celle qui vole dans le deuxième volet de la série), celle de Chuck !!Trop bon !
Et pour conclure la visite : le célèbre Central Perk, le bar où l’on a vu s’assoir les héros de Friends pendant des années ! Un grand moment pour les gens de ma génération ! Et là par contre, comme la série est terminée, ON PEUT S’ASSOIR SUR LE CANAPÉ !!! Excellent !

warnerbross-studios-2

warnerbross-studios-6

warnerbross-studios-5

warnerbross-studios-4

warnerbross-studios-3

Encore un petit tour au milieu des studios avec quelques explications et direction le musée, avec les costumes des séries et films de la compagnie, puis retour à l’entrée et le magasin (petit pour l’installation) de souvenirs. Encore une bonne journée quoi ! En revenant à Santa Monica nous finissons au Pier, puis dans un bar à côté de l’auberge avec quelques autres nouveaux résidents de la chambre (et de l’auberge).

venice-beach-et-santa-monica-5

venice-beach-et-santa-monica-7

venice-beach-et-santa-monica-6

Avant dernier jour à LA et aux States. Nous décidons, toujours notre bande de 4 illuminées, d’aller à Malibu. Le bus s’arrête au niveau du Pier de Malibu, désert. Et nous n’avons pour le coup pas vu les loooooooooooooooongues plages de sables. Mais on a quand même vu la plage, on s’y est même arrêté un moment pour faire un brin de sieste. Tant pis, ce n’est pas ce jour là que nous croiserons David Hasseloff. Mais qu’importe, nous passons quand même un bon moment au bord de la plage, on y trouve quand même des sauveteurs à la « Alerte à Malibu » ainsi que les voitures qui vont avec. Le soir nous retournons au pub anglais pour une dernière pinte (de la journée…).

malibu-3

malibu-2

malibu-1

Enfin, pour mon dernier jour à LA, je passe la matinée avec mon amie rencontrée à l’auberge de Chicago. Elle m’emmène faire un tour dans le Downtown, le centre ville. Je n’en ai pas vu grand-chose, mais c’était quand même sympa. C’est là que l’on trouve les quelques grands immeubles de la ville.

los-angeles-downtown-1 los-angeles-downtown-3 los-angeles-downtown-2

C’est un quartier d’affaire la journée, par contre le soir ça devient moins fréquentable étant donné que beaucoup de sans abris viennent y trouver refuge pour la nuit. Nous mangeons dans un super restaurant très réputé apparemment (Louie, pour ceux que ça intéresse), où les pâtisseries vendues sont toutes pus alléchantes les unes que les autres. De retour de bonne heure à Santa Monica, je fais un dernier tour dans la 3rd street promenade, et fini à la plage. Un brin de sieste ça fait toujours du bien. Un dernier tour sur le pier et retour à l’auberge pour empaqueter les affaires. Le soir je retrouve mes copines et nous mangeons dans un restaurant servant… des crêpes ! Et pas mauvaises en plus ! Ce sera notre dernier repas ensemble, elles commencent déjà à me manquer.

Le lendemain, départ de bonne heure en bus pour rejoindre l’aéroport, je pars avec deux de mes trois nouvelles amies. Elles, elles vont sur la côte Est, moi je change de pays, de continent, de langage. Direction le Pérou, mais ça, ce sera au prochain épisode.

A ma grande surprise, j’ai aimé cette grande ville. Bon c’est sûr, je ne suis resté que dans « les zones à touristes ». Mais j’y ai rencontré des gens géniaux que j’ai eu du mal à quitter (bon rassurez-vous, je ne suis pas allé jusqu’aux larmes non plus, mais quand même !). Et c’est là que je me dis que même si je devais rentrer demain, je n’aurai aucun regret car l’enrichissement relationnel que cette aventure m’a déjà apporté est plus que suffisante à mon bonheur. Mais bon, au moins voir le Macchu Picchu avant de rentrer, ce serait bien, pouvoir réaliser un rêve de plus de 20 ans, c’est pas donné à tout le monde…

2 commentaires sur “Los Angeles: ou la grande ville aux grandes surprises.

    1. je dois pas bien m’y prendre. je n’envoi qu’une ou deux demande par ville alors que si tu veux une réponse, il faut apparement envoyer 6 ou 7 demandes…. donc voilà, mais là je vais m’y remettre plus sérieusement en NZ, on verra si en changeant de méthode le résultat suit!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.