Hôtels Las Vegas

Las Vegas : ou la ville qui porte la pouasse!

Las Vegas.

Après avoir laissé mes amis dans la Sequoia National Forest avec les ours, je prends la direction de Las Vegas (oui, je sais, je reviens en arrière, mais fallait bien que je laisse la voiture quelque part…). Je fais une première halte à Porterville, dans un Motel 6.

Le lendemain je vais jusqu’à Barstow. Comme j’arrive en début d’après-midi j’en profite pour faire un tour dans la zone des magasins outlets (les magasins de marque bradés) mais pour une fois, je ne dépense rien (à part de l’essence). Au retour je m’arrête pour laver la voiture, car après trois semaines dans le désert, dans la montagne, elle n’est plus tout à fait blanche. Et comme je n’ai pas envie qu’ils me facturent le lavage…

Puis, je prends la direction de Las Vegas, la ville des jeux.

Première surprise en arrivant : la facture de la location de voiture. Plus de 1300 $ !!!!!! En fait, ils m’ont facturés des assurances que je n’avais pas demandé lors de la réservation internet, mais qu’ils m’ont fait signer sur le contrat de location à l’aéroport de Salt Lake City. Bien évidement personne ne m’a expliqué ce qu’était les assurances de base, donc quand on m’a demandé « just the base insurance ? » j’ai dit « yes ». Enf*****!!! J’essaie de voir quelqu’un mais après deux renvois vers d’autres guichets on me dit de contacter directement l’agence où j’ai pris la voiture. Comme je n’ai pas envie de me prendre la tête au téléphone parce que je ne comprends rien, j’ai envoyé un mail. A ce jour, je n’ai toujours pas de réponse. Ça commence bien. Ensuite, je prends un taxi pour aller à mon hôtel, le Circus Circus (j’avais réservé sur un site spécial qui permet d’avoir des chambres dans les grands hôtels à prix cassés, pour regarder, cliquez ICI).

20 $ le trajet. Ça fait mal ! Arrivée à l’hôtel, on me dit que pour pouvoir avoir la chambre soit j’attends 14h (il n’est que 10h quand j’arrive), soit je paye 40 $. Et forcement, on ne me précise pas qu’il est possible de laisser son sac en consigne, je paye donc la somme due pour avoir la chambre.

Comme il est tôt, je pose mes bagages et je retourne visiter le casino (non je n’ai pas joué.). Dans toute la ville, et quasiment tous les casinos, il y a des points Tix4tonight, des points de ventes de tickets pour les spectacles pour le soir même ou pour le lendemain mais à moitié prix. Las Vegas étant la ville où l’on peut voir le Cirque du Soleil, je décide de voir l’un des spectacles du soir. Je prends donc une place pour le spectacle Believe. Sauf qu’en fait, en guise de Cirque du Soleil il n’y a que quelques pitres tournant autour de l’illusionniste Criss Angel, très célèbre aux États-Unis, illusionniste qui vire un peu vers le trash. Je rigole quand même, et j’arrive à comprendre (presque) tout ce qui se dit, mais quand même, je suis bien déçue. De tous les spectacles de Las Vegas, je n’ai pas pris le meilleur, ça c’est sûr. Décidément, Las Vegas ne me réussit pas !

Après une nuit de sommeil, je commence la journée en bloquant le coffre de la chambre.

J’y avais laissé tous mes papiers et mon argent la veille, et là, impossible de faire le code. Il faut donc que j’attende que le serrurier et l’agent de sécurité arrivent. Heureusement que j’avais une pièce d’identité sur moi pour pouvoir justifié que je suis bien « la locataire de la chambre ». Enfin sortie de l’hôtel, je m’attaque à la remontée du strip, cette rue de Las Vegas où se sont implantés (presque) tous les hôtels-casinos de la ville. Remonter le strip, c’est faire le tour du monde en une rue. Il y en a pour tous les gouts.

On commence par la vue au loin de la Trump Tower, immense tour aux vitres dorées.

Ensuite, ce sont les hôtels The Wynn et Encore, deux barres de vitres aux couleurs de bronze. Sympa de l’extérieur, pas visités à l’intérieur.

Par contre, je suis allé au Treasure Island. Cet hôtel casino vous parle sûrement, c’est un peu « l’ile au trésor » de Vegas. Dehors, des décors de bateaux et dedans des décors ambiance balcons de style espagnol. Comment décrire. Vous revoyez les décors de Pirate des Caraïbes ? Ça ressemble un peu à ça.

 

Une chose me choque alors : dans la rue, des gens sont payés pour distribuer… des cartes de call girls (enfin, sensées n’être que des callgirls, mais on sait tous que c’est plus que ça…). Il y en a partout ! et bien évidemment, ils ne s’adressent qu’aux hommes ! Alors messieurs, apprêtez-vous à vous faire harceler par ces bons samaritains qui ne pensent qu’à votre bien être sexuel…

Ensuite, passé le Palazzo, j’arrive à la petite merveille nommée The Venitian : Venise aux USA.

Dehors, la façade du Palais des Doges, les colonnes de la place St Marc, le pont des soupirs, il y a même un canal où naviguent de vrais gondoles avec des gondoliers (et gondolières s’il vous plait) qui chantent pour ceux qui le veulent (et qui peuvent payer surtout). C’est vraiment très beau. Et l’intérieur est à ne pas manquer non plus. Des fresques dignes de la chapelle Sixteen (même si celle-ci n’est pas à Venise, je vous l’accorde, on dira alors qu’elles sont dignes de la cathédrale St Marc ??). C’est vraiment un chef d’œuvre et on s’y croirait vraiment. Splendide !

Je continue toutefois la ballade avec juste après Le Mirage. Rien d’exceptionnel, c’est un hôtel, beau de l’extérieur, et je n’ai pas fait l’intérieur. Un peu après, le Flamingo, l’hôtel-casino avec le flamang rose comme symbole.

Juste après, le célèbre Caesars Palace, un grand complexe avec des bâtiments faisant penser aux palaces des Dieux Romains, avec les statues qui vont avec. C’est plutôt pas mal fait.

Un peu plus loin, voici le Bellagio. Un hôtel qui a de la classe. Pourtant, de l’extérieur, c’est juste une barre d’hôtel, de couleur jaune ocre, avec quelques restaurants attenants.

Mais le plus beau au Bellagio ce sont les fontaines qu’il y a juste devant. Car le Bellagio est connu surtout pour ça : les fontaines. Chaque jour, à partir de 15 heures et jusque tard le soir, à chaque demi-heure il y a un ballet des fontaines. Chaque fois c’est une musique différente et un enchainement différent. Et c’est super ! Le spectacle sur Con te partiro d’Andrea Boccelli est particulièrement prenant ! C’est donc un spectacle à ne louper SOUS AUCUN PRETEXTE !!!

A l’intérieur, la galerie de boutique de luxe est aussi très classe et l’on se croirait dans un vrai palais. Juste en face, un autre petit bijou d’architecture, plus récent : le Paris-Las Vegas. Cet édifice ne peut pas se rater étant donné que la tour Eiffel est représentée.

Il y a aussi l’Arc de Triomphe (avec une pub pour Gordon Ramsey, cherchez l’erreur…). L’intérieur est tout aussi beau. Dans le casino, les pieds de la tour Eiffel sont représentés, les murs sont peints en façade des maisons parisiennes, c’est vraiment splendide, on s’y croirait !

Plus loin, le Planet Hollywood avec la galerie marchande Miracle Mile shops, galerie avec un ciel pour plafond qui parfois fait semblant de pleurer (en gros la pluie fait semblant de tomber…).

Assez sympa. Un peu plus loin, on trouve le Cosmopolitan, non, pas le cocktail, mais l’hôtel. Une barre avec des vitres fumées (bleues). Rien d’extraordinaire.

Juste à côté on trouve le City Center, qui est en fait un ensemble de plusieurs hôtels et d’une galerie marchande avec des boutiques de luxes là aussi. Rien de transcendant non plus. Puis, on trouve le Monte Carlo. Là aussi, c’est une barre de béton blanche et je ne suis pas rentrée à l’intérieur pour voir si ça rattrapait un peu l’extérieur banal.

Encore un peu plus loin on trouve d’un coté l’hôtel New York New York : alors ce lui-là, si de l’intérieur il ne casse pas des briques, de l’extérieur, il est quand même pas mal. En fait, ils ont refait les rue de New York en un seul hôtel, on a donc l’impression d’avoir plusieurs bâtiments puisque sont représentés entre autre le Chrysler Building et l’Empire State Building dans un enchevêtrement de plusieurs autres bâtiments. Devant est représenté le pont de Brooklin et bien sûr, la statue de la Liberté. Derrière, on peut apercevoir le Grand 8 de l’hôtel.

Juste en face, se trouve le MGM Grand, une grande croix verte ! Si la déco n’a rien d’extraordinaire (du moins pour moi, en plus, là il y avait des travaux), il renferme cependant une attraction bien sympathique, mais ça je vous en reparle plus loin.

On arrive vers la fin du strip. D’un côté on retrouve le Tropicana, un hôtel qui fait très années 60 d’extérieur (et je n’ai pas fait l’intérieur), puis l’Excalibur.

Il porte bien son nom celui-là, c’est un vrai château fort avec ses tourelles de couleur. A l’intérieur, la déco est bien dans le style moyen âge aussi, c’est très bien fait. Juste à côté de l’Excallibur, on trouve le très connu Luxor : cet hôtel en forme de pyramide (à l’échelle de celle de Gizeh s’il vous plait !) recouverte de verre fumé avec la pointe en verre normal pour laisser passer le rayon de lumière la nuit (un peu comme s’il voulait appeler Batman… voyez l’image ? Non ? Bon, alors regardez les photos vous comprendrez !).

Devant, un sphinx lui aussi à taille réelle monte la garde. Là aussi, c’est à voir, et l’intérieur aussi possède plein de rappel de l’Égypte. C’est ici d’ailleurs que je suis venue voir le spectacle du soi-disant cirque du soleil (et qu’en fait c’était l’illusionniste).

Et le dernier hôtel du strip, le Mandalay Baye, une immense barre de béton avec des vitres dorées.

Pas visité l’intérieur (un peu la flegme d’aller jusque là-bas).  Après cette bonne ballade (mine de rien, c’est long), je rentre à l’hôtel avant de retourner sur le strip mais de nuit, histoire de le voir revêtir son habit de lumière. Mais je m’arrêterai au Venitian, trop fatiguée pour aller plus loin. Mais c’est vraiment à voir ! Et les fontaines du Bellagio de nuit, c’est… époustouflant !

Le dimanche, je pars dans l’autre sens, en direction du Downtown.

La traversée de la partie entre le trip et downtown est comment dire… glauque. Je suis bien contente de ne pas être allée en auberges de jeunesse (qui se trouvent dans le quartier justement). Je croise ici et là quelques Wedding chapels (je sais que certains seront intéressés…).

Dans Downtown, il faut aller au Golden Nugget Casino-hôtel.

C’est l’un des plus vieux de Vegas, et si de dehors ils ne paye pas de mine, à l’intérieur c’est très beau. Il est surtout réputé pour sa piscine, car elle possède un toboggan qui vous fait plonger au milieu des requins… en fait vous passez dans un tube qui passe dans un bassin peuplé de requins, mais vous finissez, vous, dans un bassin « safe ». Pas de risque de se faire croquer une main (enfin, c’est ce que j’ai entendu dire, maintenant, je ne suis pas allé vérifier…). Cet hôtel-casino est attenant à la Freemont Street, dont une partie est couverte par un rideau de lumière. J’explique : des millions d’ampoules forment ici le plus grand écran géant du monde (416 mètres de long, c’est pas moi qui le dit, c’est le Routard !!!), et le soir à compter de la tombé de la nuit est diffusé un film rendant hommage aux soldats américains (émouvant). Ça aussi vous l’aurez deviné, c’est à ne pas manquer.

Je retourne l’après-midi en ville, visiter le Paris-Las Vegas (que je n’avais pas fait la veille).  J’en profite aussi pour faire un tour au M&M’s store. C’est bon, mais c’est quand même cher pour ce que c’est !

Le lundi, ce sera visite du City Center Hôtel, et direction les magasins Outlets du sud de la ville.

Pas d’achats particuliers (pour une fois). Au retour, je fais un arrêt au magasin Ross, Dress for Less. Alors, mes amies accros du shopping, cette adresse est encore mieux que les magasins outets. Vous y trouver toutes les fringues et chaussures et accessoires possibles. Certains sont de marques, et quand vous voyez la différence de prix entre l’original et le prix Ross, forcément vous craquez ! Alors, le premier magasin que j’ai testé se trouve en plein milieu du strip. Mais il y a beaucoup trop de monde et c’est légèrement un peu beaucoup le foutoir. Si vous voulez vraiment profiter, préférez celui qui se trouve un peu plus bas, juste avant l’hôtel-casino le Riviera (descendre à l’arrêt de bus juste avant celui du Circus Circus).

Vous verrez, vous ne pourrez pas résister. Et devinez la meilleure : y en n’a pas qu’à Las Vegas !!!! Puis, pour finir en beauté la journée, petit arrêt au Bellagio, où se soir là j’ai profité du ballet des fontaines sur l’air de Con te Partiro d’Andrea Boccelli. Merveilleux !

Mardi, dernier jour à Vegas avant de prendre le bus (à minuit) pour San Francisco.

Je refais encore une fois la montée du strip, histoire d’être sûre d’avoir tout bien pris en photo. Je m’arrête au MGM Grand, et là, je ne pouvais pas partir sans faire l’attraction du Casino : le CSI Experience. Car oui, Las Vegas est aussi connu aujourd’hui pour la série Les Experts qui se déroule en ville (même si ce n’est pas tourné sur place). Avec cette attraction, vous vous prenez donc pour la dernière recrue du labo, et on vous demande de mener l’enquête. Première chose :vous revêtez le fameux gilet des experts. C’est la classe internationale, et ça fait bien rigoler, même quand on est tout seul. Ensuite, on vous emmène dans un mini salon où est projeté un film de 5 minutes de Mister Grissom himself ! Qui vous demande de faire du bon boulot. Au-delà de cette pièce, sont réparties 3 scènes de crime. Vous avez un feuillez à remplir, vous devez d’abord relever tous les indices sur la scène de crime (enfin, vous les notez juste sur le papier, on ne touche à rien). Ensuite, vous vous dirigez vers les différents ateliers : laboratoires pour les analyses ADN, empreintes, fibres, expertises balistiques… vous êtes mêmes conviés par le légiste à étudier le corps de votre victime. C’est vraiment bien fait. Ca ne dure pas longtemps (une petite heure) mais on rigole bien et on se prend vraiment au jeu. A la fin, vous enregistré vos trouvaille sur un ordi, Grissom vous félicite et on vous gratifie même d’un certificat d’admission du CSI ! Trop fort ! En option : la photo montage. C’est fun, mais c’est tellement bon !

Après cet interlude télévisuel, je me dirige vers la Stratosphère, dernier hôtel-casino que j’avais juste un peu oublié de faire. Il est situé un peu plus loin que le Circus Circus en direction de Downtown. Il est célèbre pour sa tour, d’où l’on a une superbe vue sur la ville et les montagnes alentours, mais aussi parce que tout en haut se trouvent trois attractions de malades : l’une vous êtes dans un mini train et se dernier bascule dans le vide et vous propulse au bout des rails, le deuxième se sont les sièges autour d’une colonne qui pareil, monte à une vitesse grand V (genre, quand vous tapez avec un marteau le gong qui fait monter la boule dans les fêtes foraines, vous voyez ce que je veux dire ? je parles français ? Et bien là, la boule, c’est vous !), et le troisième, 4 paires de sièges reliés à un bras qui s’ouvre dans le vide et qui fait tourner les sièges au dessus… du vide ! Si j’avais été accompagné, j’aurai bien aimé tester ce dernier. Mais toute seule, ce n’est vraiment pas marrant (surtout quand on a légèrement peur du vide).

Retour ensuite à l’hôtel où j’attends patiemment pour aller prendre mon bus à la gare routière. Et il y a vraiment des gens bizarre dans les bus des fois… Mais il y a toujours des agents de sécurité. Ouf !

Las Vegas aura été une ville pour moi très bizarre.

D’une part parce que les premiers jours n’ont pas été gratifiés d’une super chance. D’autre part parce que je n’y ai fait aucune rencontre. Et enfin parce que j’en suis parti avec plein de regrets. Las Vegas est une ville faite pour la fête, le jeu (et aussi la luxure). Elle est faite pour les couples, ou les groupes. Je ne suis pas une grande fêtarde, mais là j’aurais bien aimé faire un effort. Il y avait bien des soirées organisées par les Couchsurfeurs du coin, mais je ne suis pas une adepte des grandes beuveries, ce qui semblait être le cas de ces dernières. Je n’ai donc pas osé m’y aventurer, et aller dans un bar ou en boite de nuit toute seule était totalement exclu, question de sécurité (on ne sait jamais ce qu’on met dans votre verre, et vu qu’il n’y a personne pour vous ramener ou avoir un œil sur vous…). Donc retourner à Vegas oui, sans aucun problème, mais certainement pas toute seule.

What happens in Vegas, stay in Vegas (ou sur Facebook, comme dirait un t-shirt vendu en souvenir). Ouaip, et quand il ne se passe rien, on a le droit d’en parler?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.