plantation louisiane

Houmas House, plantation de Louisiane : ou comment se croire dans « Autant en Emporte Le Vent »

Houmas House est une ancienne plantation située à une demi-heure de route de La Nouvelle-Orléans.

Je l’ai visité durant mon séjour en ville, après bien évidemment les festivités de Mardi Gras.

De toutes les plantations décrites dans mon guide touristique (qui datait de mon tour du monde, mais les descriptions sont toujours d’actualité), j’ai choisi Houmas House car j’avais lu un très bel article sur le blog d’Isabelle, From Side 2 Side. Et cette visite m’a aussi été recommandé par un des office de tourisme (ou plutôt, l’une des banques à tours organisés).

Une navette viens nous récupérer à l’agence, et nous voici en route pour « l’arrière pays ». Ici les bayous longent et passent dessous l’autoroute (ou plutôt c’est la route qui passe au dessus), et je me dis qu’il ne ferait pas bon tomber en panne près de ces eaux, surtout durant la nuit, au risque de faire de drôles de rencontres.

Notre chauffeur nous donnes quelques explications sur le coin où se trouve la plantation. Mais je n’ai pas tout compris, et encore moins retenu. Faut dire que l’accent typique de Louisiane n’est pas une légende. La langue anglaise avec l’accent créole, c’est quelque chose!

Le tour comprend l’entrée et la visite guidée de la maison, et nous avons 3 heures pour la faire et visiter les jardins. Il y a également un restaurant et un bar, mais nous y reviendrons plus tard.

Cette plantation tient son nom de la tribu indienne à qui appartenait ces terres auparavant : les Houmas.

La maison de style victorien, date de la fin du 18ème siècle. Enfin, du moins, la première maison qui est aujourd’hui la cuisine.

La grande demeure à colonnes digne de carte postale elle, date de 1840. Elle est passé d’un simple propriétaire à un héro de la guerre d’indépendance puis à un planteur irlandais qui en fit l’une des plus grandes plantations de sucre de la région. Elle fût ensuite abandonnée pour être rachetée par un médecin en 1940. Les visites guidées sont organisées toutes les heures par des personnes en costume d’époque.

 

L’allée d’arbres qui longe l’ancienne entrée nous fait croire que l’on se trouve dans le film Autant en Emporte le Vent. Dorénavant, appelez moi Scarlett!

Mais la visite guidée de la demeure est tout autant splendide que l’extérieur. Les objets et tableaux de la maison sont pour beaucoup d’origine. Une pendule, en panne, ne donne plus l’heure exacte que deux fois par jour. Une réparation? Non! Elle perdrait alors de sa valeur.

Les tableaux sont tous plus magnifiques les uns que les autres. Tout nous rappelle le faste dans lequel vivait les différentes familles qui ont habité ici avant la guerre de sécession.

On nous dira d’ailleurs, que cette guerre était plus l’expression de la jalousie des Nordistes qu’une guerre pour la liberté des esclaves (point de vue des sudistes? Intéressant). Par contre, on ne parlera pas des esclaves qui ont « travaillé » ici. Entre 400 et 1000 selon la période. Ni des amérindiens qui occupaient ces terres auparavant. Dommage.

Des fresques et des tableaux effectués par le jardinier du domaine apparaissent ici et là, et c’est juste magnifique.

Les jardins sont tout aussi splendides. Des poules et coqs se promènent librement sur le domaine, comme le chien mascotte. Attention, chien gentil mais coq méchant! J’ai été coursée, oui, sans blague!! Et là je vous vois en train de rigoler derrière vos écran! Mais ce n’était pas drôle sur le moment! Moquez-vous! Vilains!

Pour être plus sérieuse, les jardins sont beaux, il y a un véritable travail de paysagiste, et il fait bon s’y perdre pendant un moment. Comme des photos valent mieux que des mots, je vous laisse admirer.

J’en ai profité pour m’arrêter dans le bar qui se trouve dans un bâtiment annexe à la maison. Si le comptoir ne paye pas de mine (cet endroit était auparavant utilisé comme abris de jardin), la salle à manger attenante est un véritable petit bijoux. On y trouve beaucoup de cocktails, beaucoup de whisky, et le barman est un véritable artiste. C’est le meilleurs punch que j’ai goûté!!!!!

A la sortie on passe obligatoirement par la sempiternelle boutique souvenir. Histoire de ramener un petit souvenir de cet endroit magique. Pour une fois, j’ai réussit à résister et à ne rien acheter!

La compagnie qui nous a mené dans ce petit paradis s’appelle Old South ToursLa virée m’a coûté 59$, transport et entrée de la plantation compris.

J’ai vraiment passé un bon moment, C’est une visite que je vous recommande de faire si vous allez à La Nouvelle-Orléans. Le lendemain j’ai fait un autre tour organisé, une ballade dans les bayous cette fois. Une ballade très sympa que je vous conterai dans un autre article.

5 commentaires sur “Houmas House, plantation de Louisiane : ou comment se croire dans « Autant en Emporte Le Vent »

  1. Alors non je ne t’appellerai pas Scarlett car c’est un personnage que je trouve très désagréable. Mais effectivement c’est une belle plongée dans le temps que tu nous proposes.
    Dommage que l’esclavagisme soit simplement occulté de l’histoire des lieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.