quartiers boston

Boston : ou les mille et un quartiers de charme

 Boston : ou les mille et un quartiers de charme.

J’ai tellement de choses à dire sur la ville de Boston que je suis obligée de faire plusieurs articles pour tout vous raconter. Ce n’est pas dans mes habitudes, mais je vous garantis que ce sera plus digeste. Alors pour commencer à vous présenter cette magnifique ville et vous donner envie d’y aller (comme j’ai déjà envie d’y retourner), je vous présente aujourd’hui les différents quartiers que j’ai visité.

Beacon Hill

Beacon Hill est situé au Nord du Boston Common (LE parc de la ville). C’est un quartier tout en brique qui tient son nom du Beacon, sle ignal d’alarme qui était installé autrefois au sommet de la colline sur lequel il est construit. ce quartier me fait énormément penser à Georgetown, célèbre quartier de Washington D.C.. Il fût au centre du mouvement abolitionniste de la population noire. Il y a même un itinéraire, le Black Heritage trail, qui peut se suivre, soit par vous-même si vous avez récupéré la carte à l’office du tourisme, soit en suivant un ranger depuis Beacon Street (tour gratuit si j’en crois mon guide). Ce quartier s’apprécie quand on s’y perd.

J’y suis allée plusieurs fois, seule, avec mon amie, avec d’autres personnes de l’auberge, un soir et en tour guidé avec l’auberge de jeunesse. C’est d’ailleurs là que j’ai appris qu’une loi imposait des restrictions quant aux travaux sur les maisons. Si vous voulez changer une fenêtre, il faudra remplir un formulaire, expliquer pourquoi vous voulez changer, prouver par A+B que c’est nécessaire et respecter des règles pour que RIEN ne change dans l’aspect (couleur, taille, matière ect.). Cette loi a été mise en place après qu’une certaine municipalité ai permis la destruction d’un quartier similaire et la construction de bâtiments moins heureux… juste à côté.

L’autre particularité de ce quartier c’est que les lampadaires tournent au gaz, et donc, ne sont jamais éteints (jour comme nuit). Et avec le brouillard la nuit, l’ambiance est comme qui dirait…. mystérieuuuuuuse!

Si je n’ai pas chercher les maisons « à ne pas manquer », il y a quelques endroits à connaitre: Charles Street, où l’on trouve toutes les boutiques d’antiquaires, restaurants et déco (j’y ai testé un super cupcake shop), Acorn Street, une petite ruelle qui n’a pas été goudronnée, et où les marques des millions de passages des calèches et voitures ont laissé les traces sur les galets, Louisburg Square, un petit jardin dont seuls les résidents peuvent profiter… et se garer devant! Petite anecdote, J.F.K. vit ici. Oui Oui, vous avez bien lu, J.F.K : John Forbes Kerry, le sénateur et secrétaire d’État d’Obama! Rien que ça!

Un quartier où il fait bon vivre malgré les touristes, c’est d’ailleurs pour ça que les prix s’y envolent (compter quelques millions pour un achat, et près de 2000 $ par mois pour un petit studio).

Back Bay

Situé à l’est du Boston Public Garden, Back Bay est un joli quartier un peu dans la continuité de Beacon Hill. J’avoue, si ça n’avait pas été inclus dans la visite guidée organisée par l’auberge (couplée avec Beacon Hill) je n’y serai probablement pas allée. Pourtant, c’est une jolie ballade à faire. Son Common Wealth Mall est des plus agréable, et l’esplanade qui jouxte ce quartier, de l’autre côté de la route et au bord de la Charles River, offre un endroit idéal pour faire du sport, se reposer, et observer les amateurs d’aviron s’entraîner (installée dans un fauteuil, c’est encore mieux!).

C’est dans ce quartier que l’on trouve moult boutiques de luxe. C’est aussi là que se trouve la « Finish Line » du célèbre marathon de Boston. Un arbre arbore des bouquets de fleurs et des photos. C’est le mémorial improvisé où sont morts des enfants lors des attentats de 2013. Le guide nous indique que le nombre de morts durant cette attaque est « bas », la raison étant que les bombes ont explosées près de la ligne d’arrivée, où étaient concentrées toutes les équipes de secours médicaux, qui ont donc pu intervenir quasi instantanément et sauver ainsi beaucoup de vies.

Notre guide termine sa visite à la Boston Public Library. Comme il est encore tôt dans l’après-midi, deux des personnes du groupe et moi décidons d’aller la visiter, puisque c’est autorisé, et gratuit. Quelle bonne idée! Ce bâtiment est splendide! A l’intérieur, les décorations font penser à un musée ou une église, les salles de travail avec leurs lampes vertes semblent tout droit sorties d’un film américain, et le patio à l’intérieur… splendide!

Charlestown

Un autre quartier authentique et plein de charmes. Du bois, des briques, et de la couleur. Son atout particulier, Bunker Hill, est le clou du spectacle du Freedom Trail. C’est ici, qu’en juin 1775, les patriotes ont été battus par l’armée britannique, bien qu’ils aient avant ça éliminé plus de 1000 soldats, empêchant ainsi les tuniques rouges de rentrer en Angleterre comme c’était prévu. Ce quartier résidentiel est des plus agréables, le City Square park autant que le Monument Square (où se trouve l’obélisque du Bunker Hill) ou le Winthrop Square. C’est là aussi qu’à quai, se trouve l’USS Constitution et son musée, un navire qui a déjà traversé 4 siècles. Je vous en reparlerai dans mon article sur le Freedom Trail. Bref, quartier à visiter.

South End et Bay Village

A l’auberge où j’étais, beaucoup de visites étaient organisées par des bénévoles. Celle de South End et Bay village n’était pas prévue dans mon programme, mais comme en fait je n’en n’avais pas vraiment (de programme), j’y ai participé. Et j’ai bien fait! Ces deux quartiers sont des quartiers résidentiels, et pas vraiment connus des touristes, car aucunes attractions particulières ne se trouvent dans le coin. Pourtant, il sont tout aussi jolis que les autres.

Là aussi, beaucoup de briques. On y trouve aussi de sympathiques squares et des appartements « sous terre ». Entendez par là, des appartements sous le niveau de la route, mais qui d’après notre guide, ont un jardin pour compenser. Les prix en restent quand même élevés. Notre guide nous montrera également qu’une spécialité de Boston, c’est le « recyclage » des anciens monuments religieux en logement. Nous avons pu ainsi voir deux églises transformées. Mais pas que. Une école a aussi subit des transformations pour devenir une batterie de logements. Il nous apprendra aussi que Back Bay est le plus petit quartier de la ville, et nous parlera d’un drame qui s’y est produit il y a quelques décennies : la mort de 492 personnes lors de l’incendie du nightclub Coconut Grove. Là, alors qu’il nous contait l’histoire, deux jeunes gens se sont arrêté et ont complété son récit, précisant que certaines normes de sécurité du pays ont été instaurées suite à cet incident, et que le traitement des grands brûlés a connu de grandes avancées.

S’ils ne sont pas aussi connus que les Beacon Hill ou Charlestown, South End et Back Bay valent bien un petit détour, si vous en avez le temps.

Government Center

C’est le quartier des affaires. Un quartier qui n’a rien d’extraordinaire mais où il est sympa de se perdre (comme moi, à la sortie du métro) pendant une heure ou deux. Il y a aussi quelques restaurants et boutiques mais en dehors de ça, seule la vue des grattes ciels et quelques vues photogéniques s’offrent à vous.

Chinatown

 Beaucoup de boutiques mais surtout, surtout, beaucoup de restaurants. Une grande porte en marque l’entrée quand on vient de la gare South station. Des tables de jeux (chinois je suppose) se trouvent également dans quelques parcs. Il n’y a pas grand-chose à y voir, par contre pour manger vous aurez le choix!

Norh End

C’est là que l’on trouve le Little Italy de Boston. Des restaurants, des boutiques, des parcs, des monuments historiques, un front de mer. Bref, un joli quartier que l’on peut traverser en suivant le Freedom Trail. Ça bouge, ça fourmille, pour les gens qui ne supportent pas la solitude, c’est idéal!

Cambridge

Le dernier mais non le moindre, voici le dernier quartier dont je vais vous parler. C’est un quartier particulier, une ville dans la ville, car c’est là que se trouvent les grandes oh sacro saintes universités Harvard et MIT (Massachussetts Institute of Technology). J’y ai surtout visité les universités et les bars. En effet, lors de ma première soirée à Boston, l’auberge organisait une sorte de pub crawl dans le quartier. Trois bars, trois ambiances et de la musique. C’était bien! (« chez laureeeettteuuuu », pardon, je m’égare).

Si le campus du MIT ne « casse pas trois pattes à un canard », il reste néanmoins intéressant de prendre conscience de sa taille, et de son implication dans les nouvelles technologies et autres sciences. Et je m’aperçois en écrivant ces lignes que je n’ai pas tout vu. Il faudra donc que je revienne pour tout voir (parce qu’il fallait une autre raison que celle d’adorer cette ville?).

En ce qui concerne Harvard, j’ai eu la chance de faire une visite guidée « non officielle » avec un bénévole de l’auberge de jeunesse. Une visite guidée que je conseille (que ce soit officiel ou non), car elle permet d’apprendre beaucoup de choses sur l’université et son histoire. Cette université, créée en 1638 est la plus ancienne du pays, et est considérée comme ayant le plus haut niveau au monde. Saviez-vous par exemple que l’université avait servi de base de repli pour le président américain durant la guerre d’indépendance? Ou que, outre le fait d’être super intelligent, il faut aussi exceller dans une activité extra-scolaire? Ou bien encore que les étudiants dont les familles ont moins de 90 000 $ de revenus par an se voient leurs frais scolaires pris en charge en intégralité par l’université? (qui revient en moyenne à 40 000$ par an) Il y a plein d’autres anecdotes comme ça, que vous ne découvrirez que si vous faite une visite guidée. Comme par exemple concernant la statue de John Harvard, ou la statue des 3 mensonges. Et oui, il semblerait que d’une, ce ne soit pas vraiment John Harvard mais un simple étudiant, de plus, ce n’est pas Harvard qui a créé l’université, il n’a fait que la développer, et enfin, la date de création ne serait pas la bonne.

De plus, ce qu’il faut savoir, c’est qu’il faut être discret. Notre guide nous rappelle qu’à l’université on donne des cours, et que donc il ne faut pas déranger. La bibliothèque n’est pas ouverte au public, seulement aux étudiants. On ne s’amuse donc pas à courir, crier ou faire le pitre à travers les allées entre les bâtiments des dortoirs.

On dit que les étudiants ne passent cette porte que deux fois durant leur cursus: une fois quand ils entrent, une fois quand ils ressortent diplômés.

Ce site est vraiment chouette. Pendant quelques heures, je me suis sentie intelligente. L’effet s’est dissipé aussi vite que ce qu’il est apparu!

Voilà un petit tour des différents quartiers que j’ai pu visiter. Je ne les ai pas tous approfondis, et j’ai certainement dû rater quelques points d’intérêts. Qu’à cela ne tienne, j’y retournerai.

J’ai vraiment aimé cette ville, elle se bat avec San Francisco pour la première place de mes villes préférées aux USA. Pour l’instant, elle est toujours sur la seconde marche du podium mais la bataille est rude! Je ne peux que vous recommander Boston sur votre TO DO LIST aux États-Unis. Surtout qu’il y a moins de touristes qu’ailleurs (mais ils sont bien présents quand même).

J’ai juste le regret de ne pas avoir pu aller sur les îles au large, ou vers Cape Cod, les ferrys ne partant pas avant la mi-Mai depuis Boston. Alors comme ma devise c’est de ne pas avoir de regrets, c’est sûr, j’y retournerai!

Pour la suite de mes aventures à Boston, rendez-vous au prochain article!

4 commentaires sur “Boston : ou les mille et un quartiers de charme

    1. Coool!! c’était le but! Et t’as pas fini d’être convaincu (j’ai encore pleeeiiiiiinn d’articles à écrire dessus! 😉 )
      Merci poulette!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.