parc gaudi barcelone

Une semaine à Barcelone : ou le voyage des déconvenues

Une semaine à Barcelone

Un voyage prévu à la dernière minute (enfin, une semaine avant seulement). J’avais des congés à poser, des chèques vacances à utiliser, je voulais partir à Madère, après avoir gagné un guide Géo sur Twitter (grâce au rendez-vous #MOV) et après avoir lu l’article de Chacha sur cette destination. Mais aucun vols aux dates souhaitées – enfin, les avions étaient surtout tous pleins! – je finis par prendre des billets d’avion pour Barcelone, ville pour laquelle j’avais aussi gagné un guide Géo, toujours grâce au rendez-vous #MOV.

Je ne sais si c’est cette décision au dernier moment, ou s’il y a d’autres raisons plus personnelles, mais ce voyage, bien qu’agréable, ne fût pas aussi beau qu’espéré, et très fatigant moralement.

Avant de commencer la visite : je ne parlerai pas des coins restaurations dans cet article, sinon vous allez me maudire pour sa longueur, et surtout pas le lire. Ils feront l’objet d’un autre article.

 7 jours de visites (ou pas)

Avant de partir, j’avais décidé de faire un peu mes devoirs, et de me concocter un planning de base, modulable. Je m’étais dis que je pourrais le changer en fonction du temps. Chose que j’ai été effectivement obligée de faire. Je me disais que pour une fois, j’allais essayer d’être organisée, pour éviter de passer à côté de choses intéressantes. Mais vous savez ce qu’on dit, « si tu veux faire rire Dieu, parles-lui de tes projets« .

Déjà, mon arrivée fût quelque peu « hors du commun ». Arrivée de nuit, je suis récupérée par une compagnie de navette privée, réservée directement par mon agence (et comme j’ai jeté mes tickets, impossible de retrouver le nom de la compagnie). L’aller/retour m’est tout de même revenu à 23,68 euro. Il est près de minuit quand on vient à ma rencontre. Une fois arrivée en ville, le chauffeur est obligé de faire de multiples détours, non à cause des nombreux sens uniques, mais à cause des barrages de police, de la fumée qui s’échappe un peu plus loin… sans le savoir, j’arrive à Barcelone en pleines manifestations Catalanes!

Tout de même arrivée à bon port, je rejoins aussi doucement que possible mon dortoir pour une nuit de sommeil bien méritée.

Premier jour : Barri Gothic & Sagrada Familia sous la pluie

Moi qui avais prévu de monter sur la colline de Montjuic, je décide d’adapter mon planning. Il y a une visite organisée par la compagnie Sandeman prévue à 10h (départ de l’auberge vers 10h15 pour être en centre ville pour 11h). Je connsais déjà ce groupe, et j’aime beaucoup leurs visites guidées que j’ai déjà testé à Edimbourg et à Dublin.

Je n’ai guère pu profiter de cette visite. Malgré le fait que ce soit en anglais et que l’on soit scindé en 2 groupes, nous sommes quand même très nombreux. Nous commençons la visite par la porte de San Jorge située dans la cours du Palau Reial. Mais entre cette pluie battante et le groupe de personnes où une seule parle anglais et passe donc son temps à traduire aux autres, je n’entends rien des explications du guide. Je décide donc de quitter l’aventure au bout de 10 minutes.

monuments barcelone

monument barcelone

Je passe le reste de la journée à arpenter seule, les rues du Barry Gothic, le vieux Barcelone. Je visite ainsi la Cathédrale. Un très bel édifice, aussi bien à l’extérieur, qu’à l’intérieur. Construite entre le 13e et le 19e siècle, avec une pause entre le 15e et le 19e, d’où les différences de constructions. Si ce n’était pas marqué dans mon guide, je ne l’aurais pas remarqué (d’ailleurs je cherche encore sur les photos). Il y a beaucoup de monde. A la sortie, un groupe d’oies nous offre un spectacle inattendu.

monuments barcelone

monuments barcelone

monuments barcelone

Juste à côté de la Cathédrale, on peut voir les restes du mur romain, et d’un aqueduc. Et de l’autre côté, il y a le musée Gaudí exhibition. Un musée dédié à Gaudí (mais vous l’aviez deviné). L’entrée seule coûte 15 euro. Si on couple avec l’entrée pour la Sagrada Familia, ça revient à 24,50 euro. On gagne quelques euros, il faut tout de même choisir une heure pour la Sagrada (car oui, il faut réserver son entrée à la Sagrada Familia et donc choisir une heure d’entrée).

Le Gaudí exhibition est très intéressant. On y apprend beaucoup de choses sur Gaudí et son parcours : enfance, école d’architecture etc… J’avoue que ça m’a beaucoup aidé à comprendre et apprécier le travail de cet homme. Parce que jusqu’à présent, même la Sagrada ne m’inspirait pas du tout.

musée barcelone

musée barcelone

Alors je ressors de ce musée l’esprit gonflé à bloc. Je vais vraiment pouvoir apprécier Gaudí maintenant! J’ai encore un peu de temps avant ma visite, alors je prends une petite ruelle à la sortie du musée direction un salon de thé un peu spécial, le Caelum. On y vend des biscuits et gâteaux de couvent, soit-disant. Mais je ne pourrais pas m’en assurer car le salon est plein à craquer.

Je me dirige donc directement vers la célèbre Sagrada Familia, l’œuvre toujours pas achevée de Gaudí. Une fois passée la sécurité (car oui, il faudra non seulement ne pas louper votre fenêtre d’entrée mais également passer la sécurité), je suis juste bluffée par ce bâtiment. Si l’extérieur est toujours partiellement recouvert par les travaux toujours en cours, l’intérieur est terminé. Et juste MA-GNI-FI-QUE!! C’est démentiel, psychédélique, mais tellement sobre et lumineux! Cet architecte était un génie!! Je suis subjuguée par la lumière qui traverse les vitraux. Je prends mon temps pour visiter. Je prends mon temps pour admirer, me recueillir, réfléchir. Bon, pas pour me réchauffer car il y fait presque aussi froid que dehors. Je fais un rapide tour au musée situé en dessous mais je suis transie de froid et je décide donc de rentrer à l’auberge me réchauffer.

Je ne peux malheureusement pas profiter de l’extérieur (visible) car il pleut vraiment trop.

monuments barcelone

monuments barcelone

monuments barcelone

monuments barcelone

monuments barcelone

Deuxième jour : Des Ramblas au Parc de la Ciutadella

Cette deuxième journée commence tard. Surtout à cause du changement d’heure. Ce n’est point grave, j’ai tout mon temps. Je pars donc en fin de matinée et commence à descendre le Passeig de Gracía. C’est sur cette avenue que l’on trouve les principales maisons dessinées par Gaudí, dont la Casa Batllo et la Pedrera.

monument gaudi barcelone

Casa Batllo

La Pedrera

Après avoir fait le musée Gaudí, je comprends mieux ces formes alambiquées, ces courbes, ces décors naturels. Puis, dans un recoin d’une ruelle presque passée inaperçue, j’entrevois l’entrée d’une grande serre faite d’acier et de verre. Je me demande ce que c’est et m’aventure vers ce bâtiment. Il s’avère que c’est un restaurant, El Nacional. En fait, c’est un regroupement de plusieurs bars à tapas, bar à cocktails et restaurants. Le tout dans un grand bâtiment style rétro. La déco va de pair, la musique aussi. On peut circuler juste pour faire les curieux sans problème. C’est vraiment magique!

restaurant barcelone

restaurant barcelone

restaurant bbarcelone

Je continue ma route et passe par la Placa de Catalunya où les manifestants (indépendantistes?) se sont installés à droite et à gauche.

place barcelone

place barcelone  place barcelone

Puis, je descends les fameux Ramblas, cette allée remplie de boutiques et de petits chalets commerciaux (bon, chez moi on appelle ça des chalets parce qu’on est à la montagne mais à Barcelone… vous voyez quand même de quoi je veux parler!). Je n’y ai rien trouvé d’extraordinaire. J’ai voulu tout de même y goûter des Churros. Erreur fatale! Les churros (friture) réchauffés c’est vraiment pas terrible…

à voir à barcelone

à voir à barcelone

à voir à barcelone

à voir à barcelone

Un arrêt pour admirer la Plaça Reial, une place de style néo classique créé en 1848 sur l’emplacement d’un ancien couvent. Très jolie place, comme elle a été conçue d’une traite, elle est harmonieuse. Je vous laisse juger.

place barcelone

place barcelone

place barcelone

Puis, je reprends mon chemin pour finir sur la Façade Maritime. Il fait moche, une sortie en bateau est exclue (pourtant je l’avais prévue dans mon programme, là-bas, à la maison). Alors je longe Port vell et les plages qui suivent, comme la plagia de Barcelonnetta.

bord de mer barcelone

bord de mer

bord de mer barcelone

bord de mer barcelone

barcelonetta plage

barcelonetta plage

barcelonetta plage

Je prends mon temps, j’observe les gens, je souris en regardant les chiens plonger dans l’eau avec délice (ce sont bien les seuls). Je marche comme ça jusqu’au parc de Barcelonnetta. Un petit parc pour les sportifs, et les autres aussi, où l’on peut admirer La torre de las Aigües.

parc barcelone

parc barcelone

Puis j’ai marché jusqu’au Parc de la Ciutadella. Un très beau parc où l’on peut admirer le parlement, un musée, une église, et si vous remontez la Piagia Luis Compagnys vous trouverez un Arc de Triomphe. Il y a là l’entrée du zoo de la ville. Y arpenter les aller vous permettra de vous reposer, de voir ses acrobates s’entraîner, des musiciens jouer. C’est vraiment agréable.

parc barcelone

parc barcelone

parc barcelone

parc barcelone

parc barcelone

parc barcelone

Je retourne ensuite vers la Sagrada Familla. Il ne pleut plus, je vais enfin pouvoir admirer l’extérieur sereinement avant de rentrer.

monuments gaudi barcelone

monuments gaudi barcelone

Départ des nuages, mais pas des loupés : Quartier de Gracia & Montjuic

Pour mon troisième jour de visite, j’avais décidé d’aller voir le Parc Güell, dans le quartier de Gracia. Après une bonne grasse matinée, je prends donc le métro (le plus proche de mon auberge) pour ensuite marcher une demi-heure pour rejoindre l’entrée du parc. Mais ce n’est pas l’entrée principale. Du coup, les Escalators dont on me parlera plus tard, je ne les ai jamais vu… Une fois arrivée devant l’entrée non principale, je repère des guides placés tout le long de l’entrée. Je devine donc que sans ticket, on ne peut pas rentrer. Mais le début de la file d’attente aux caisses indique « prochaine entrée, à 17h00 ». Il est 11h du matin, je crois que je vais passer mon chemin. Je redescends ainsi faire un tour dans le quartier de Gracia, en ne manquant pas de maudire les 17 cars de touristes garés sur le parking du parc.

Mais ce que je ne savais pas, c’est qu’en fait tout le Parc Güell n’est pas payant. Il y a même une bonne partie disponible gratuitement. Super boulet ayant encore frappée, je suis repartie sans rien voir.

barcelone

façades barcelone

façades barcelone

quartier barcelone

De petites placettes et des façades dentelées me mènent jusqu’à la Casa Vicens, une autre œuvre de Gaudí.

L’une de ses premières en fait. Construite pour un entrepreneur en céramique, la Casa Vicens est très très haute en couleur. Ces particularités ne sont pas sans rappeler l’art islamique. Mais les couleurs vives viennent casser cette ambiance orientale (enfin, moi c’est l’effet que ça m’a fait).

Je voulais juste connaître le prix d’entrée. Je me suis avancée vers le portail d’entrée, et me suis faite accostée par un guide/vigile. Quelques secondes plus tard, on me demandait 16 euro de droit d’entrée (dans mon guide il est noté qu’elle ne se visite pas, ça a dû changer entre temps). La visite n’était pas dans mes plans, tant pis. Je ferais une exception.

Les palmiers du jardin nous font déjà voyager. L’intérieur de la maison est très très coloré, et pour l’époque (1848), cette maison fait très moderne. Mais elle est désespérément vide. Pas de meuble. Juste une baignoire à l’étage des chambres. Le truc sympa c’est de pouvoir monter sur le toit. Au dernier étage, il y a une petite exposition avec des maquettes de maisons construites par des architectes du monde entier, contemporains de Gaudí. Le but étant de montrer les différences de construction et surtout de vision de l’architecture.

monuments gaudi barcelone

monuments gaudi barcelone

monuments gaudi barcelone

monuments gaudi barcelone

Il est encore tôt, je prends donc la direction de la Plaça Espana, où se trouvent les arènes de la ville, transformées aujourd’hui en centre commercial. De l’autre côté de la route il y a la Fira de Barcelona, un complexe où se tiennent les congrès en ville. Je remonte ensuite l’Avinguda de la Reina, une avenue créée pour l’Exposition Universelle.

place barcelone

musée barcelone

avenue barcelone

Je passe devant la Font Magica, une fontaine qui le soir venu s’illumine avec de la musique.

à voir à barcelone

Elle mène à des Escalators qui nous montent jusqu’au Musée Nacional d’Art de Catalunya, et la colline de Montjuic.

musée barcelone

Un musée que j’avais également mis dans mon programme mais qu’au final je ne visiterai pas (on est lundi, le musée est fermé le lundi, mais ça je le savais. Et je n’avais de toutes façons pas envie de m’enfermer par ce beau soleil). On a une vue magnifique sur la ville depuis la terrasse du musée.

Après un bref repas pris sur place, je fais un tour dans le jardin botanique juste derrière le musée et passe devant un autre, ouvert uniquement les weekends et jours fériés, je passe devant l’Anella Olimpic créée pour les jeux de 1992.

parc barcelone

parc barcelone

parc barcelone

parc barcelone

parc barcelone

parc barcelone

parc olympique barcelone

parc olympique barcelone

parc olympique barcelone

Ensuite, je suis montée dans un parc croyant y trouver de belles fleurs (mon guide m’avais mis l’eau à la bouche). Mais de fleurs je n’ai point vu. Ce chemin m’a tout de même mené jusqu’au Castell de Monjuic. Il est 16h30, je m’attends à trouver les portes prêtes à se fermer. Mais que nenni! Le château, sorte de citadelle en fait, ferme vers 19-20h. L’entrée n’est qu’à 5 euro!

C’est LE bon plan de la journée!

monument barcelone

Il n’y a pas grand chose à voir, hormis un magnifique panorama sur Barcelone. Deux salles sont aménagées pour une exposition sur les nazis durant la guerre civile espagnole. Dans la fosse entre la citadelle et les remparts à l’entrée, il y a de jolis parterres de fleurs. Sur le côté, un parcours santé. Des personnes s’entraînent au tir à l’arc. <j’y suis restée presque deux heures. Et si ce n’était pas l’orage qui s’annonçait je serai bien restée un peu plus.

Une fois rentrée à l’auberge en ayant presque échappé à l’orage, j’ai profité du bar au rez-de-chaussé pour y goûter un Mojito mandarine. Alors les gens, je vous garantie, que c’est un truc à ne manquer SOUS AUCUN PRÉTEXTE!! Et puis j’ai voulu manger une salade. Mais à cause d’une soirée paella organisée par l’auberge, impossible de commander à manger dans l’heure. Alors je remonte dans ma chambre pour un moment et redescends pour commander un cheeseburger. Mais ce n’était pas un cheeseburger. C’était un tacos façon cheeseburger.

Déconvenue n°… j’ai déjà perdu le compte.

Du Barrí Gothic à Poblenou

Je Profite de cette nouvelle journée pour arpenter tout le quartier du Barrí Gothic. Encore. Il fait beau, c’est le moment parfait pour regarder, observer, et faire attention aux détails.

quartier barcelone

Je retourne au salon de thé Caelum, pour enfin tester les pâtisseries, et reposer mes petits petons déjà endoloris. J’en ai profité également pour faire les magasins de ce quartier.

J’ai ensuite pris le métro jusqu’au quartier de Poblenou, quartier ouvrier retapé et bien sympa. Les boutiques se suivent jusqu’à la plage, le quartier est calme, ça fait du bien de voir beaucoup moins de monde dans les rues.

quartier barcelone

quartier barcelone

quartier barcelone

quartier barcelone

façade barcelone

Je prends la direction de la plage. J’y reste un moment pour profiter de l’instant. C’est important, de profiter de l’instant. Puis, en retournant vers la station de métro j’aperçois de grandes croix au dessus d’un mur. Et je me souviens que Poblenou est aussi réputé pour son cimetière datant du 19e siècle et dont les vieux tombaux sont de vrai bijoux. J’arrive moins d’une heure avant la fermeture (forcément). Alors je ne peux guère « admirer » ces œuvres. Je ne suis pas fan des visites de cimetières, surtout que celui là est encore utilisé aujourd’hui (il y avait une procession quand je suis arrivée), mais j’avoue que ça valait un petit effort.

à voir barcelone

à voir barcelone

à voir barcelone

Le Parc Güell

Nouvelle journée, nouvelle visite. Aujourd’hui j’ai réservé ma place pour le Parc Güell (ici) pour 7,50 euro. J’arrive donc par la même entrée que la première fois. Mais cette fois je sais que je peux rentrer dans la partie gratuite du parc. Et là… impossible de s’être trompé, les arcades qui s’ouvrent devant moi ne peuvent autre que l’œuvre de Gaudí. Je monte jusqu’au sommet du parc pour avoir une splendide vue sur la ville.

parc barcelone

parc barcelone

parc barcelone

parc barcelone

parc barcelone

pac barcelone

parc barcelone

Mais c’est l’heure de rentrer dans la partie payante. Et attention, il ne faut pas manquer le coche!

Je suis entrée du côté de la terrasse, celle que l’on voit sur les photos, avec les bancs couverts de morceaux de céramique. La moitié était en travaux. L’autre moitié était bondée. Mais j’ai quand même réussit à trouver une petite place sur ces bancs pour profiter du soleil, et de l’instant. Mais c’est très difficile avec tout ce monde!

parc gaudi barcelone

parc gaudi barcelone

parc gaudi barcelone

Quand le car de touristes asiatiques a débarqué et clairement fait comprendre aux gens déjà présents qu’ils doivent dégager, je suis allée voir plus bas ce qu’il se passait. J’ai donc trouvé l’entrée principale avec ces deux maisonnettes de pur style Gaudí. Plus coloré c’est difficile! L’une d’entre elle sert de magasin de souvenirs, l’autre a besoin d’un droit d’entré supplémentaire pour être visitée. Mais c’est surtout là que l’on trouve de grands escaliers avec la fameuse, la célèbre et la très photographiée salamandre en céramique. Elle a tellement de succès qu’un vigile est à ses côtés en permanence!

parc gaudi barcelone

parc gaudi barcelone

parc gaudi barcelone

parc gaudi barcelone

Je réussis quand même à faire une photo sans personne dessus (enfin presque). Et je me dirige vers la salle Hypostyle qui devait accueillir un marché couvert. Il y a des blasons au plafond dont je ne connais rien. Pas de doute, Gaudí a bien été l’architecte de cette salle.

parc gaudi barcelone

parc gaudi barcelone

Je profite de l’occasion pour manger un bout à la cafétéria du parc. Des légumes, ça fait longtemps que je n’en ai pas vu la couleur ici! Un peu cher pour ce que c’est mais bon, quand on vient dans ce genre d’endroit on le sait! Revenue à l’auberge je n’ai pas le courage de participer au Tapas Tour organisé par l’auberge. Puis en rentrant je discute (enfin) avec les filles de mon dortoir, elles écoutaient ZAZ – pourtant elles étaient argentines – alors ça aide à engager la conversation .

Shopping et découvertes au hasard

Après un petit déjeuner sans intérêt tardif (ce n’était que le début des réjouissances), je décide d’aller dans la Carrer del Banys Nou, réputée pour ses boutiques vintages et artisans locaux. Et effectivement, les boutiques sont (pour moi) plus attirantes les unes que les autres.

Pour une fois, j’ai décidé de ne pas acheter que des souvenirs made in Asia, mais de faire profiter les créateurs locaux de mes faibles revenus. Quitte à en prendre moins. Après avoir été frustrée dans un magasin vintage aux robes magnifiques, je trouve THE boutique d’une créatrice avec des robes superbes.

boutique barcelone

Elles sont tout aussi colorées que celles de Desigual, mais carrément moins chères et surtout, c’est la créatrice elle même qui tient la boutique. Mais là encore, déception. Même dans ses plus grandes tailles, je ne rentre pas. Je suis ce qu’on appelle DÉ-GOÛ-TÉE.

De là je continue de errer dans ce quartier, retourne sur les Ramblas, visite l’église Betlem.

église barcelone

église barcelone

Je fais un tour du côté du quartier d’El Raval, à l’ouest des Ramblas. En marchand au hasard je tombe sur de petites perles comme l’Antic Hospital de la Sta. Creu ou le Jardin de Rubio.

monument barcelone

monument barcelone

monuments barcelone

monuments barcelone

monuments barcelone

En passant par le Mercat de Boqueria je goûte un de ces cône rempli de fromage et de jambon. Les étals de fruits, de fromage ou de jambons me font regretter de ne pas être venue en voiture.

marché barcelone

marché barcelone

marché barcelone

marché barcelone

marché barcelone

Je pousse encore un peu plus loin vers l’Est et  trouve finalement un petit restaurant sur une petite place qui a une offre intéressante. 10 euro pour 4 tapas, une boisson et un dessert. À ce jour, j’attends toujours le dessert. Je ne suis pas du genre à réclamer, bien que j’ai essayé d’attirer l’attention des serveurs, alors au bout d’un moment je suis partie. Pour la peine, pas de nom cité, pas de pub. Na!

Puis mes pas me mènent à la Basilique Santa Maria Del mar. C’est un hasard, mais un heureux hasard. La déco est sobre à l’intérieur. Mais je trouve dans un coin un petit guichet qui annonce des visites guidées pour 8 euro. La prochaine commence dans 1min30, en anglais. Je prends mon billet et rejoint le groupe déjà formé. Cette visite est assez différente d’autres que j’ai déjà faite. On ne fait pas le tour de l’intérieur de la basilique mais on monte directement dans l’une des tours pour se retrouver sur le toit.  On y apprend que la basilique a brûlé pendant la guerre civile et n’a été reconstruite que dans les années 60-70, d’où la sobriété des lieux. On y apprend aussi beaucoup sur la façon dont elle a été construite, et dont la ville entière de Barcelone a été bâtie. On admire, on prend des notes, on pose des questions, on demande des conseils, des bonnes adresses… ces 45 minutes de visites étaient vraiment chouettes.

église barcelone

église barcelone

monument barcelone

monuments barcelone

église barcelone

A la sortie, je passe par la place de l’hôtel de ville pour rentrer, et je tombe aussi sur les restes des remparts de la ville dont on m’a parlé quelques minutes plus tôt.

monuments barcelone

monuments barcelone

Dernier jour, dernières mésaventures

Je crois qu’il était vraiment temps  que je rentre. Pour mon dernier jour, j’ai voulu suivre les conseils de Paul, du blog Petits Voyageurs, et visiter la Torre Bellesgarde, une autre œuvre de Gaudí excentrée, mais beaucoup moins chère que celles en centre ville. Et beaucoup moins connue. Mais voilà, c’est moi qui veux y aller, donc forcément ça ne se passe pas comme prévu.

Je regarde sur Googlemap où se trouve la tour. Je compare avec le réseau de métro à ma disposition et les conseils d’internet pour le meilleur trajet. Une fois mes deux tickets de métro en poche, je rentre dans la station adéquate et commence à chercher la ligne. En suivant les panneaux, je ressors de la station. Bizarre. Quand j’arrive à une nouvelle entrée, mon billet n’est forcément plus valable. Mais le second non plus. En fait, pour aller vers la périphérie de Barcelone, il faut prendre un billet différent du classique billet de métro. La ville semble être découpée en zone, qui ont chacune un tarif différent. Je cherche sur le plan la zone de la tour. Je suppose une zone et me dirige vers les caisses. Je ne comprends rien. Ça me saoule. Je re-regarde la carte, la machine, ça me fatigue, je fais demi tour. Pas de tour aujourd’hui. J’avoue je n’ai pas fait de gros efforts pour trouver mon chemin. Une autre fois, quand je serai psychologiquement moins fatiguée et préparée, peut-être que j’irai voir la Torre Bellesgarde.

Alors je passe le reste de la journée à marcher en ville et je m’amuse à prendre des photos version « rétro », filtre déjà tout près sur mon appareil photo.

barcelone

barcelone

barcelone

barcelone

barcelone

Bilan de cette semaine

Barcelone est une très belle ville. Mais contrairement à la croyance populaire comme quoi l’Espagne c’est pas cher, pour visiter réellement les monuments de cette ville il faut avoir un budget conséquent.

Je n’ai pas aimé devoir sortir entre 15 et 20 euro pour presque chaque visite souhaitée. Je ne suis pas contre le fait de payer un droit d’entrée, je conçois tout à fait que l’on impose des horaires de visite, vu le nombre de touristes qui passent, je trouve ça au final même plutôt bien.

Je dois quand même reconnaître que mes « errances de compensations » ont été des plus agréables. Où que l’on se promène dans la ville, en levant la tête on tombe toujours sur une maison, une façade colorée et décorée. Nos pas nous mènent souvent dans des coins peu touristiques mais tout aussi sympa à voir.

J’étais peut-être mal préparée pour ce voyage, pourtant, pour une fois, j’avais fait un programme de visites. J’aurais peut être dû approfondir mes recherches sur les réservations nécessaires etc.. Je le saurais pour la prochaine fois!

Une chose est sûre, malgré toutes mes déconvenues, Barcelone ne m’a pas rebutée. C’est une destination où je pourrai revenir sans soucis, maintenant que je sais comment elle fonctionne.

Rendez-vous au prochain article pour parler des restaurants testés durant mon séjour.

FIN!

parc barcelone

4 commentaires sur “Une semaine à Barcelone : ou le voyage des déconvenues

    1. Oui! C’est une très belle ville! c’est pour ça que je ne suis pas totalement dégoûté de cette ville et que ça ne me dérangerait pas du tout d’y retourner.
      C’est pas gentil de se moquer!!! ;-D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *