painted laidies, maison san francisco

Retour à San Francisco (et non pas vers le futur)

Retour à San Francisco (et non pas vers le futur).

Le taxi qui m’amène à la gare routière est conduit par un sénégalais. On n’aura pas grande conversation, j’aurai quand même bien aimé savoir comment un sénégalais peut venir se perdre dans une ville morte comme Sacramento… A mon arrivée, je suis logée dans une auberge de jeunesse située à la limite entre Chinatown et Financial District (Pacific Tradewinds Hostel). L’entrée est discrète. Première chose, on est en train de repeindre la rambarde des escaliers, mais forcément, j’y mets la main dessus. Des fois que je veuille me transformer en schtroumphette…

Mais derrière cette porte discrète se cache une pépite d’or : ce n’est pas une auberge de jeunesse que j’ai trouvé, c’est une « famille ». Le staff et les volontaires deviennent des amis (enfin, pour ma part, j’espère que c’est réciproque). Je n’avais réservé que 4 nuits, j’y resterai 10 jours. A peine arrivée, on me propose un verre d’eau avant de m’expliquer les règles de la maison. Je discute ensuite avec une chinoise venue étudier ici et un irlandais membre du staff (ils sont partout ces irlandais !). Ma nouvelle amie décide d’organiser une sortie cinéma pour aller voir le Hobbit. On était deux au départ, on sera une bonne dizaine au final. Très bonne soirée. Bon, je me serai bien passée de la demi-heure de pub avant le film, mais bon, c’est la vie…

Le lendemain, je vais voir les Painted Ladies, une série de maisons victoriennes alignées en plein milieu de la ville (je ne sais pas si celles que j’ai trouvées sont celles désignées par ce nom, mais pour moi ça faisait l’affaire).

Puis, je décide d’aller à Alcatraz, car on m’avait dit que ce serait peut être le seul jour de soleil de la semaine. On m’avait dit qu’il fallait réserver pour aller là-bas, mais avant d’aller à Sacramento j’avais regardé, et il y avait de la place tous les jours de la semaine de mon retour à SF, donc je n’avais pas réservé. Erreur fatale : arrivée au guichet, on me dit que tout est plein, et que les prochaines places sont pour le 3 janvier… je m’en vais le 1er !! GRRRRRRRRRRRRR !!!!!!

Pour une fois, j’aurai dû écouter ce qu’on m’avait dit. Tant pis, je m’en retourne à l’auberge en empruntant la ligne F, ligne servie par un vieux tram qui donne vue sur la baie et arrive au port de San Francisco. Comme nous sommes le 24 décembre, je prépare les cookies pour le repas du lendemain organisé à l’auberge, histoire d’être dans les temps. Le soir, je suis invitée chez le copain d’une des filles que j’avais rencontré à Chicago, celle qui m’avait invité à dîner lors de ma première venue. Je rencontre d’autres gens, et aucun d’entre eux n’est de San Francisco, à vrai dire, ils ne sont pour certains même pas des USA ! Une très bonne soirée où j’aurai testé le métro qui sort des souterrains et qui s’arrêtent en plein milieu des rues… et confirmé que j’ai vraiment du mal à comprendre l’accent anglais !

Le 25 décembre : c’est noël.

Premier noël en 29 ans que je passe loin de ma famille. Même quand j’étais partie en Irlande pour une année scolaire j’étais revenue pendant les vacances. C’est quand même dur. Mais la préparation du repas occupe les mains et les esprits. Je ne prépare pas grand-chose mais j’aide à couper les légumes pour notre chef cuisto du jour. Un bon repas que nous seront près d’une vingtaine à partager, toutes origines confondues, même ceux qui ne fêtent pas noël habituellement. Et ça, c’était cool !

Le lendemain de noël, je me dirige vers Fisherman’s Wharf, pour visiter les Old ships, de vieux bateaux qui ont vu les décennies défilées et qui ont eu plusieurs carrières. Une bonne visite qui ne m’aura couté rien du tout, puisqu’ils font parti d’un parc national et que j’ai un pass pour les parcs nationaux… Ma journée se limitera à ça.

Jeudi 27 décembre, je me dirige vers Mission District, situé plus au sud que les autres quartiers déjà visités. Il est dit que c’est le premier quartier créé à San Francisco, la population y est principalement immigrante, et il n’est pas rare de voir des gens qui ne parlent pas un mot d’anglais. Ce quartier populaire est connu pour ces peintures murales disséminées un peu partout.

 

Et elles sont effectivement sublimes, même celles faites pour faire la publicité du magasin juste à côté. Un art de rue qui s’est étendu à la publicité mais aussi aux murs des écoles.

Bon, je dois quand même avoué que le quartier en lui-même, n’est pas très rassurant à certains endroits. Même s’il est aussi réputé pour sa bonne bouffe mexicaine. Je ne m’y éternise donc pas et m’en vais visiter l’étrange cathédrale Ste Marie.

J’essaie ensuite d’aller au sommet des Twin peaks, pour avoir une magnifique vue sur tout San Francisco… mais je n’ai pas dû suivre la bonne route car, si j’ai grimpé sur une colline, à part des maisons de bourges, je n’ai rien vue de la ville. Pour le beau panorama on repassera !

Après une bonne douche bien méritée, je me dirige sur Van Ness street, à une exposition de peinture à l’huile. J’ai été invité par une française via ma page facebook, et c’était bien sympa. Je ne suis pas fan des peintures, mais l’expo était sympa et la française qui m’a invité encore plus ! J’ai passé une bonne soirée à papoter.

Les deux jours suivants, ma principale activité sera de me reposer et mettre à jour le blog. Le temps n’est pas trop de la partie alors mes sorties diurnes seront limitées.

Le dimanche, je retourne à Fisherman’s Wharf (oui, encore). Mais cette fois je longe la baie vers Fort Mason, la marina pour finir à une petite plage près du Golden Gate Bridge. Une très belle ballade, je resterai un bon moment à profiter du soleil dans le sable.

Après ça, je vais faire un tour à l’Exploratorium, juste à côté. Je ne verrai que l’extérieur, qui se veut ressemblant à un sanctuaire romain, ou grec, j’ai pas pu me décider…. Mais très jolie.

Le soir je participe à une soirée Karaoké improvisée par mes deux collocs canadiennes et leur ami. Une autre colloc venue de Chine et deux brésiliens se joignent à nous. Nous allons dans un club spécialisé en la matière et louons une salle privée pour une heure trente de délire !

Le 31 décembre 2012 :

Pas d’activité particulière hormis aller chercher un énième médicament pour la toux. Le soir, je suis invitée à une soirée et nous assistons en partie au feu d’artifice tiré par la ville de SF (on en verra juste un bout entre deux immeubles). Mais c’est une bonne soirée où je discute de la vie, de mon voyage et de zumba avec un peu tout le monde. Après une veine tentative de sommeil (je prends l’avion pour Hawaï le 1er), je me lève finalement et finis ma nuit à discuter avec l’irlandais de l’auberge et un argentin sympathique qui parle français car il a vécu en France pendant un moment. Comment finir sur une bonne note ??

Vient enfin l’heure du départ, et j’ai un pincement au cœur en quittant cette auberge et son staff. Mais Hawaï est ma prochaine destination, alors même si la navette est en retard, on ne va pas se plaindre… Mais ça, c’est une autre histoire !

Happy new year !

0 commentaire sur “Retour à San Francisco (et non pas vers le futur)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.