crète

La Crète: séjour en club Marmara

La Crète

Et voilà, premier article sur un pays récemment visité. Ce voyage n’était pas prévu dans le cadre de mon tour du monde. C’est un voyage que j’ai gagné sur internet, sur Facebook plus précisément. Et oui, tous les messages « vous avez gagné » ne sont pas des arnaques ! Abonnée à la page Facebook officielle des clubs Marmara, j’ai joué à leur jeu en début d’année. Le principe est simple : on clique sur « je participe » chaque jour et chaque jour 2 gagnants sont tirés au sort. Et j’ai gagné !!! Trop la classe quand même !!!

Nous avons donc décidé de partir en Crète, île Grecque.

Petit cours d’histoire : la Crête est le lieu ayant vu naître la civilisation Minoenne, et la mythologie qui va avec (le roi Minos, le minotaure, Dédale etc etc…). D’ailleurs, le site le plus connu est le site de Knossos, découvert par l’anglais Arthur Evans (en fait c’est un crétois qui a découvert des vestiges de poterie en premier à la fin du 19ème siècle, mais comme c’était pendant l’occupation ottomane, il s’est bien gardé de le dire, il a ensuite vendu son terrain après la libération). Ce palais était le palais du roi Minos en personne. Bon, je ne vous ferai pas la description du site en entier, ce serait trop long et j’ai pas tout retenu (mais voir l’article sur la mythologie pour un peu plus de détail).

L’île a était conquise par les Vénitiens, puis par les Turcs. Ne me demandez pas les dates, je ne m’en souviens plus. Tout ce dont je me souviens, c’est que lorsque les vénitiens ont envahi l’ile, ils ont privé les crétois de tous leurs droits. Mais quand la menace turque s’est faite ressentir, ils les leur ont rendu afin de pouvoir compter sur les crétois pour se liguer contre les turcs (en vains forcement). Puis finalement, après une brève autonomie, la Crète sera rattachée à la Grèce en 1913. Et d’après l’une de nos guide, si on demande à un Crétois d’où il vient, il dira de Grèce, et pas de Crète (du moins pas si vous ne rentrez pas dans les détails). Ils sont fiers d’être Grecs.  

Le séjour était d’une semaine en hôtel club, et au départ nous avions prévu de louer une voiture pendant trois jour pour visiter la côte nord de la Crète. Sauf que, première chose que l’on nous dit à l’arrivée : « la conduite crétoise est très spéciale, et le prix de l’essence varie entre 1,80 et 2,00 euros le litre. Après un bref calcul, on décide de faire les excursions du club, ça revient à peine moins cher, mais au moins, tout est organisé, tout compris, et on n’aura pas le soucis de la route.

Nous commençons donc par la Crète de l’Est : au programme, visite de l’île de Spinalonga et la ville de Agios Nickolaos. Spinalonga est une île forteresse située dans la baie d’Elounda. Stratégiquement bien placée, une forteresse y fût construite pour pouvoir guetter les envahisseurs. Les vénitiens s’y réfugièrent lors de l’attaque des turcs et ils ne capitulèrent que 40 ans après la Crète au début du 18ème siècle. Au début du 20ème siècle, la forteresse fût transformée en léproserie, refuge pour les lépreux (chassant ainsi les derniers Turcs qui ne voulaient pas partir). Elle le fût jusqu’en 1957, abritant au passage tous les corps de métiers : coiffeur, maçon, pope, commerçant). Des mariages et des naissances ont même eu lieu entre eux ! Malheureusement pour les familles, les enfants non malades étaient retirés aux parents et confiés à leur famille en Crète. On peut y voir aujourd’hui les ruines des maisons et de la forteresse. Des restaurations sont en cours, mais malheureusement, vu l’état économique du pays, tout ne va pas bien vite. 

Après un bref passage à Elounda pour le déjeuner, nous retournons sur Agios Nickolaos où nous auront une petite heure de libre. Des boutiques de souvenirs et de contrefaçon vous en voulez ??? Y a qu’à demander ! La ville abrite toutefois un petit lac sympathique.

Deuxième jour de visite : Crète de l’Ouest, avec la ville de Rethymnon, Xania (prononcer Rania ou La Canée en français) et le village de Fodélé. Un petit tour dans Rethymnon, pour découvrir quelques vestiges de l’occupation ottomane (les crétois ne voulant plus avoir de souvenirs de cette période, ils ont détruit la plupart des monuments de l’époque). Nous n’avons toutefois pas visité la forteresse. Petit tours dans les ruelles pour se rendre compte qu’il y a des bijouteries partout. Mais vraiment partout ! Toutes les 2 boutiques il y a une bijouterie ! La raison ? Les Crétois, ont toujours été des commerçant, de tous temps (minoen, vénitien, ottoman…). Du coup, ils ont importé beaucoup de pierres, de quoi faire beaucoup de bijoux, d’où la présence de bijouteries à tous les coins de rue.

A la Cannée, nous ferons aussi le tour des ruelles, qui ont gardé beaucoup de trace du style Vénitien. Nous traverserons la rue du cuir, car oui, la Crète fabrique beaucoup de cuir, pour finir au marché couvert, construit sur le modèle du marché couvert de Marseille (qui n’existe plus de nos jours). Nous testerons alors le café frappé, spécialité du coin, un café (nous c’était plus un cappuccino) servit froid avec des glaçons. Ben finalement, c’est pas mauvais !

Au retour, petit arrêt à Fodélé, petit village de montagne spécialisé dans la dentelle. Une façon de coudre héritée de l’époque d’occupation ottomane.

La dernière visite sera celle de Knossos.

Knossos, est un site de l’époque Minoenne découvert par Sir Arthur Evans, un archéologue anglais. Cependant, vous devez savoir que Sir Evans, qui a découvert le site au début du 20ème siècle, a eu la bonne idée de vouloir reconstruire le palais. Bonne idée oui, façon de le faire : trèèèèèèèèèèèèès mauvaise. Et oui, les parties reconstruites ont été faites… avec du béton ! Si c’était bien vue à l’époque, ça l’ai beaucoup moins aujourd’hui. Mais si vous avez la chance de faire la visite guidée par une guide passionnante comme nous l’avons été, ce sera quand même un régal et vous en ressortirez beaucoup plus instruit (pour ma part, c’est pas trop difficile 😉 ). Imaginez une guide qui vous raconte l’histoire du site (connaissance de Stéphane Bern) à la manière de Florence Foresti ! Un grand moment ! et du coup, on se régale !

Elle nous raconte ainsi qu’il y a à Knossos en fait deux palais : un premier palais détruit par un tsunami causé par le mouvement des plaques tectoniques. Un second palais est reconstruit par-dessus le premier. On apprend grâce à notre guide que les minoens étaient de grand commerçants et qu’ils étaient loin d’être bêtes. En effet, ils ne connaissaient pas le principe de réfrigération à l’époque, mais ils savaient que pour conserver les aliments (qu’ils exportaient contre des pierres précieuses) il fallait les garder au frais. Ils ont donc construit des trous profonds pour garder les fruits notamment au frais. De plus, contrairement à d’autres civilisations, leurs colonnes étaient faites de bois, et non de pierres. Du coup, afin d’éviter que les troncs des arbres ne replantent pas leurs racines, ils les installaient à l’envers. C’est pour cela que les colonnes minoennes sont plus épaisses en haut qu’à la base.

Nous avons vu en Crète beaucoup de maquettes de chapelles orthodoxes au bord de la route. Plusieurs raisons : l’une c’est pour signaler le lieu d’un accident dans lequel il y a eu des morts, et la maquette abrite des bougies qui brûlent en l’honneur du mort. Une autre signale le lieu d’un accident dans lequel les personnes ont survécus, et donc la chapelle sert à remercier Dieu d’avoir survécu. Une autre raison, c’est pour signaler la présence d’une chapelle à taille réelle, cachée pas très loin. Plusieurs petites chapelles ont été construites dans les montagnes sous l’occupation Vénitienne puis ottomane, en cachète puisque les crétois n’avaient pas le droit de construire de monuments religieux.

Autre chose que nous avons appris sur la Crète : les indications des guides touristiques précisant que la conduite peut être dangereuse est VRAI ! En effet, le code de la route existe bien, mais personne ne le respecte. Les stops et cédez le passage ? C’est le premier arrivé (ou le plus gros) qui passe en premier. Le feu rouge est à peu près respecté, la bande d’arrêt d’urgence sert à tout, sauf aux urgences. En fait, les crétois s’en servent pour « s’enlever du milieu » quand d’autres véhicules roulent plus vite qu’eux…. Quant à la limitation de vitesse, les panneaux, s’ils ne sont pas logiques, ils ne sont pas respectés. « Les panneaux 50 km/h qu’il y a sur la nationales ont été mis là pendant la construction de la route et on a oublié de les enlevé une fois la route finie »…. Mais bien sûr…. Faut vraiment que je te dise ce qu’elle fait la marmotte ????

Les spécialités de la Crète.

Il y en a plusieurs en fait. Ils font beaucoup de produit à base d’olive. L’huile d’olive en ai bien entendu le maitre. Ils ont aussi l’Uzo, leur pastis local (non testé), le miel et les pâtisseries à base de miel (j’ai aimé leur miel, leur pâtisserie à base de miel beaucoup moins) et le Raki. Le raki est un digestif local, à base de raisin. Alors, pour les uns, c’est un digestif qui arrache, à boire avec modération (comme tous les alcools ceci-dit). On nous avait dit que c’était fort, que c’était de la gnôle et par conséquent fallait le boire en petite quantité (dans des chupitos). Bah, pour une montagnarde comme moi, habituée au génépi, ben leur Raki, c’est du pipi de chat ! J’en ai bu 2 verres (l’équivalent de 2 chupitos je vous rassure, pas des pintes quand même !) à 4h de l’après-midi, en plein cagnard, je n’ai même pas eu la tête qui tourne ! Moi ivrogne ???? Même pas vrai d’abord !! Ils ont aussi de supers jus d’orange tout frais, pour les non ivrognes !

Enfin, nous avons pu goûter à de la vrai moussaka. Super bonne ! Il faut savoir aussi qu’en Crète, ils servent souvent sur un plateau placé au centre de la table plein de plats divers et chacun se sert (même au resto). C’est convivial et au moins on ne gaspille pas ce qu’on n’aime pas.

Dernières choses : on trouve beaucoup de bâtiments pas finis et qui ne le seront probablement jamais. Je n’ai pas posé la question du pourquoi mais je suppose que vu la crise économique, c’est tout simplement parce qu’ils n’ont plus d’argent pour finir les travaux. D’ailleurs, les restaurations des sites archéologiques sont aussi en suspens, dans l’attente d’une amélioration éventuelle.

En Crète il y a TOUT LE TEMPS du vent. Pourtant, moi qui craint énormément le vent (ça me donne la migraine), je n’en ai pas tant souffert que ça, et vu la chaleur, c’était même plutôt appréciable. Toutefois, le chapeau ou la casquette sont FORTEMENT conseillés, ainsi que la crème solaire. Avec le vent on ne le sent pas trop, mais le soleil, il fait mal !

Bref, c’était un super voyage,  même si un séjour en hôtel club ne vaut pas un voyage à la façon routard. Mais quand c’est offert, on ne va pas faire les difficiles. Et puis ça nous a permis d’apprendre plein de choses avec les guides que l’on n’aurait pas eu le courage de lire dans les livres, les guides touristiques ou les panneaux explicatifs des musées. Et on a profité au passage de l’eau turquoise de la mer et de la piscine… Et pour les filles, un avertissement : les crétois sont….. un poco pas mal du tout !! 😉

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.