arran island écosse

Ile d’Arran (en Écosse): ou la puissance des petites choses

En cette belle matinée d’un lundi matin en Écosse, je récupère ma voiture de location à la gare Waverly. Après avoir loupé un embranchement sur la rocade d’Edimbourg, et après un autre loupé sur celle de Glasgow (mais qu’est-ce qu’ils ont tous à faire des travaux sérieux???!!!), j’arrive enfin à Ardrossan un petit port d’où partent les ferrys pour l’île d’Arran, celle que l’on surnomme, l’Écosse en miniature. Un trajet qui devait durer un peu moins de deux heures c’est transformé en un trajet de trois heures; mais rien ne pouvait gâcher cette journée. J’étais encore sur un petit nuage de ma visite à Edimbourg.

La traversée depuis Ardrossan vers Brodick se fait avec la compagnie Caledonian Macbrayne Company.

20150907_140555

20150907_140748

Elle dure environ une heure et pour une voiture avec un passager ça revient à 18,85£ (3,75 pour le passager et 15.10 pour la voiture) pour un aller simple. Il y a des bateaux environ tous les 3/4 d’heure en été.

20150907_141911

Arrivée en fin d’après midi sur l’île et n’ayant réservé aucun logement pour la nuit, je vais directement au camping de Lamlash que j’avais trouvé sur mon guide et je vais réserver mon emplacement pour ma toute nouvelle tente (qui elle a double parois et donc ne prend pas l’eau à cause de la condensation).

20150907_154903

Mon carrosse et mon palace!

Je suis « à la bonne saison » pour trouver une infinité d’emplacements. Je profite des quelques heures de soleil qui reste pour admirer la vue sur la mer, sur l’île  juste en face, et faire quelques emplettes pour manger.

20150907_144125

IMGP1233

IMGP1224

Holly Island, en face de Lamlash

IMGP1223

Bon à savoir: il n’y a pas de distributeurs de billets partout sur l’île, ni de stations essence. Alors avant de vous aventurer en voiture dans le cœur de l’île ou en faire le tour, veillez à ne pas être pris au dépourvu, faites le plein et prenez un peu de liquide avec vous.

Le soir venu, je découvre ce que j’avais lu auparavant mais totalement oublié: une bête méchante, vicieuse, sournoise et irritante dans tous les sens du terme: le Midge!!!

En fait, ce n’est pas une bête, mais un insecte. De la taille d’un moucheron, il pique et laisse derrière lui des boutons de la taille d’une bille. Il est lâche -ne se déplace qu’en groupe d’une centaine d’individus- , sournois -vous attaque toujours quand vous ne faites pas attention, ils adooooooooooorent vous tourner autour pendant les repas- et vicieux – vous pouvez mettre autant de vêtements que vous voulez, ils trouveront toujours la moindre fissure, le moindre espace d’air dans vos vêtements pour s’introduire sous les couches et vous piquer là où vous ne pensiez pas un jour l’être. ET CA DÉMANGE AFFREUSEMENT!!!! Alors si vous comptez faire du camping en Écosse pendant la saison des Midges, prévoyez sprays, filets, et surtout, pensez bien à tenir fermer vos tentes en toutes circonstances. Et même si vous ne campez pas, vous trouverez ces insectes partout dans la région des lacs. Alors, méfiance, prévoyance!

Après une nuit en camping mitigée (la pelouse était en fait super confortable mais j’avais trop froid par faute d’avoir oublié la toile qui m’isolerait du sol….), je commence cette première journée sur l’île par la boutique de fabrique de produits à base d’huiles essentielles ainsi que la fabrique de fromage, qui au passage est très bon! Puis je me suis dirigée vers le château de Brodick.

IMGP1264

20150908_103919

Il a l’air sympa, mais l’entrée est un peu trop chère à mon gout, alors j’opte pour l’entrée uniquement aux jardins qui coûte 7 £. J’en aurai quelques regrets au vu du bâtiment, mais il fallait faire un choix. On a une belle vue sur le château (en fait on le longe), et les jardins sont vraiment très beaux. Quelques photos vous expliqueront mieux que cent mots:

IMGP1272

IMGP1283

IMGP1300

J’ai ensuite repris la route en longeant la côte vers le Nord. Il y a de jolis petits villages tout le long. Le village de Corrie est fait de maisons blanchies à la chaux. Je ne sais pas combien d’habitants ils abritent mais ils ne doivent pas être très nombreux.

Je m’arrête à Sannox pour faire une petite ballade sur un sentier longeant le bord de mer. Mais j’ai vite fait demi tour: le sentier est très long, et il y a des travaux au milieu.

HPIM0053

Je repars donc et m’arrête dans le village de Lochranza, pour voir les ruines du château. Elles sont gratuites, et il y a plein de petites pancartes explicatives sur la construction.

IMGP1308 HPIM0067

HPIM0066

Puis, après un arrêt au Café Thyme pour un thé et un scone à Pirnmill, me voilà en direction des cercles de pierres. La même chose que StoneEdge mais en plus petit. Il s’agit d’une succession de cercles de différentes tailles. La ballade pour aller jusqu’au dernier dure environ 40 minutes (voire un peu plus selon le nombre de photos que vous voulez prendre). Et pareil pour le retour.

HPIM0073

HPIM0087

HPIM0079

Pour le retour, sur Brodick, je me suis trompé de route, et me suis retrouvé sur la route forestière qui coupe l’île à travers les « montagnes ». Autant dire que je n’étais pas rassurée, surtout que je n’ai pas croisé âme qui vive pendant un moment, mais la vue était sympa. Moi qui comptais faire le reste de la route côtière et finir par une petite randonnée à Whiting Bay, c’est loupé!

Retour au camping. Et après une meilleure nuit (la pelouse est vraiment trop confortable!), je plis bagages et tente pour repartir cette fois randonner. Je m’arrêt d’abord au Glenisle Hotel Restaurant. BBonne cuisine et prix corrects. L’île d’Arran est un vrai paradis pour les amateurs de nature. C’est une mini Écosse à elle toute seule: côtes, mer, « montagnes », lacs, distillerie, brasserie, et châteaux. Les activités ne manquent pas: randonnées, excursions photos, kayak…. il n’y a que l’embarras du choix.

Je pars donc faire la marche que j’avais prévu de faire la veille : les Glenashdale falls, à Whiting bay. Environ 0h45 pour monter. Un sentier bien entretenu qui longe une rivière (normal, on va voir des chutes d’eau).

IMGP1328

IMGP1332

IMGP1335

Il y a deux points de vue à quelques mètres l’un de l’autre. Pour revenir au point de départ, on peut soir reprendre le même chemin, soit continuer un peu plus loin et faire une boucle et voir des pierres. Je n’ai pas pris cette option car j’avais repéré un autre sentier la veille que je voulais absolument emprunter. Il s’agit du sentier Caisteal Abhail  au nord de Sannox. Il longe une rivière lui aussi, et va se perdre au milieu des montagnes. Il fait normalement près de 10 km, mais je n’en ai fait qu’une partie. Attention par temps pluvieux: la fin du chemin se fait dans la tourbe et sur les cailloux qui peuvent devenir glissant (et on a vite fait de s’embourber dans la tourbe, mes chaussures et pantalons s’en souviennent encore!).

IMGP1340

IMGP1341

IMGP1347

IMGP1367

Après cette marche qui m’a prit environ deux heures aller/retour (on n’oublie pas que je n’ai pas fait le sentier en entier), j’ai fait un arrêt à la distillerie de l’île d’Arran. Je n’y ai pas goûté de Whisky, mais une glace faite sur l’île d’Arran.

IMGP1383

IMGP1385

Fallait au moins ça pour me remettre de mes efforts du jour!!  Très bonne glace en tout cas. A tester si vous y aller faire un tour. Quand au whisky que je n’ai pas goûté, mais dont j’ai ramené quelques bouteilles, il est excellent selon les connaisseurs à qui j’ai les offertes.

Puis j’ai enfin repris la route vers Lochranza, puisque c’est là que je passais ma dernière nuit sur l’île, dans l’auberge de jeunesse où voir des cerfs et des biches dans le jardin est monnaie courante. J’ai décidé de ne pas reprendre le ferry là où je suis arrivé, mais de partir de Lochranza pour rejoindre Clarnaig, et prendre la route pour Glencoe via le conté d’Argyll.

A savoir, au départ de Lochranza, on n’achète pas de billets pour le bateau, on embarque directement et on paie une fois sur le bateau. Les premiers arrivés sont donc les premiers servis. Des emplacements numérotés servent de repères pour les voitures.

J’ai donc passé deux jours entier sur l’île d’Arran, celle que l’on surnomme la mini-Écosse. C’était à la fois court et intense. Ma soif de randonnée n’a pas été totalement épanchée, et l’envie d’y retourner ne m’a toujours pas quitté, plus d’un mois après. Bref, un deuxième coup de cœur dans ce pays décidément surprenant. Ma route vers Glencoe prendra une journée, mais cet autre coup de cœur vous sera conté dans un autre article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.