Arches National Park : ou mon entrée dans le Far West Américain

Après m’être (enfin) décidé à louer une voiture, je la récupère (à l’aéroport, histoire de faire dans le pratique) et quitte mes amies dans la matinée. Je me dirige vers Moab, petite bourgade an Sud de Salt Lake, nichée entre plusieurs parcs nationaux. Comme la seule auberge de jeunesse présente en ville à l’air assez pourrie (les avis sur TripAdvisor sont assez éloquents), et que la ville se trouve à plus de 1000 mètres d’altitude (trop froid pour camper sous la tente), je me rabats sur un motel. Le trajet en lui-même est déjà une petite merveille. Je comprends mieux maintenant (et mon amie de Salt Lake me l’avait dit) pourquoi les Américains ont tous des grosses voitures : vu les distances à parcourir, il vaut mieux en avoir une qui ne surchauffe pas à la première centaine de miles avalée. Les longues lignes droites sans fin avec pour seul décor un désert ne sont pas une invention du cinéma !!

Le lendemain de mon arrivée je me dirige vers ma première destination : l’Arches National Park.

Arches National Park, trois petits bonhommes sur mon guide du Routard, et ça les vaut bien. Ce petit parc abrite des paysages de toute beauté. Il a servit de décor à plusieurs films et ses arches sont connues dans le monde entier. Je suis sûre que vous en avez déjà vu dans des magasines ou ailleurs. Je consulte le plan du parc que l’on m’a donné à l’entrée du parc. Pour information : l’entrée du parc est normalement de 10 $, mais j’ai pris l’option Annual Pass, pass à 80 $ qui est valable dans la plupart des parcs nationaux (sauf ceux des réserves indiennes et les parcs ne recevant pas de subventions de l’état), valable un an et à nombre d’entrée illimité. Le temps me dira si je le rentabilise (ou pas). A peine arrivée, le décor est planté : de gros rochers rouges et la terre de la même couleur, on se croirait débarquer sur une autre planète ! Premier arrêt : Park Avenue. Une petite randonnée au milieu des roches rouges formées par les aléas climatiques pendant des millénaires. On arrive à la fin sur un rocher avec ce qu’on pourrait appeler trois demoiselles coiffées à son sommet. Elles se nomment The Three Gossip : les trois commères. Retour au parking. Deuxième arrêt : Balanced Rock, un rocher qui tient debout on ne sait pas comment. On peut en faire le tour en marchant, mais rassurez-vous, ça prend quinze minutes à tout casser. Par la suite, je me dirige sur la boucle de Windows Section : là plusieurs arches sont réunies pas très loin les unes des autres : North an South Windows, Double Arch et d’autres encore. Là aussi, petite balade entre les arches assez sympa. Et si vous avez de la chance, vous arriverez à les prendre en photo sans personne dedans/dessous/au milieu quoi…

Une autre section mène à Délicate Arch. Cette arche tout juste posée sur les rochers. Je n’ai pas fait la randonnée qui y mène directement, trop long pour ma journée déjà bien entamée. Mais il y a deux points de vue faciles d’accès. Cette arche est très belle, et j’aurais bien aimé y monter. Mais la randonnée fait 6 miles aller-retour donc il faut prévoir la fatigue.

Un peu plus loin encore, on trouve Fiery Furnace, une zone remplie de rochers de forme bizarre. Pour s’y balader, il faut un permis spécial, mais le mieux est de faire une ballade avec les Rangers (le tracé n’est pas des mieux tracé et il est assez facile de s’y perdre. C’est pas moi qui le dit, ce sont les guides !).

Encore plus loin (et ce n’est pas la fin), se trouvent Sand Dune Arch, une arche perdue au milieu de rochers et de sable. En face, c’est Broken Arch. Et dans la dernière partie du parc, Devil’s garden (et ça porte bien son nom), se trouvent d’autres arches très connues. Mais ça, je le garde pour le lendemain, les randonnées pour y accéder sont longues et pas faciles, on ne peut pas tout faire le même jour.

Le lendemain donc, je me prépare pour la randonnée qui va jusqu’à la Double O’Arch dans la partie du Devil’s Garden. Quelle bonne idée j’ai eu d’attendre ! En effet, pour se rendre à cette fameuse double arche, il faut escalader des rochers, marcher sur des rochers au bord de ravins, marcher sur des chemins accessoirement aussi… ATTENTION !! ÊTRE BIEN ÉQUIPÉ S’IMPOSE !!!! IL y a toujours des petits malins pour venir en tong et des petites malines pour venir en crocs (si si, j’en ai vu une, mais elle n’est pas allé bien loin). Si vous êtes de ceux-là, je vous le dis tout de suite, vous n’irez pas bien loin ! Si la piste à suivre est bien indiquée elle n’est pas pour autant sécurisée avec des barrières. Au contraire, vous escalader les rochers avec un précipice sur le côté. De plus, ça peut être glissant du fait qu’il y a du sable un peu partout autour. Mais le jeu en vaut la chandelle. Donc, si vous ne voulez pas mourir prématurément (d’une chute ou de peur), équipez vous (au moins) d’une paire de basket ou de chaussures de randonnées. Et si vous avez le vertige (le vrai), ce n’est pas pour vous non plus. La vue est magnifique, mais il faut pouvoir regarder le vide à quelques centimètres de ses pieds. En gros, la Double O’ Arch se mérite, mais elle vaut le coup d’œil. Après un petit pique-nique sur place, retour à la voiture. Après cette ballade, je n’ai pas eu le cœur (ni le courage surtout) à faire celle de Delicate Arch. Je suis donc allé faire un tour sur la Scenic Byway 128, route à côté de Moab qui longe le Colorado (la rivière) et qui offre un magnifique spectacle. Il y a normalement la possibilité de continuer la route dans la forêt de La Sal mais elle était fermée pour travaux.

Encore une bonne journée de remplie et des paysages magnifiques plein la tête, je rentre au motel le sourire aux lèvres. Et ça n’est pas fini… Arches National Park est vraiment un parc à faire.

Suite au prochain épisode.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *